Alicia et Sarah Kroze

04/02/2018

Moi : Coucou à vous deux, je suis ravie de vous retrouver après lecture de « Les âmes rouges » afin d’en discuter. Vous savez comme je l’ai aimé ! Déjà dans un premier temps, pourriez-vous vous présenter un peu…
A et S : Nous tenons à te remercier pour ton enthousiasme, nous avons adoré ta vidéo qui nous a beaucoup émues. On a senti que l’histoire t’avait traversée et c’est un sentiment génial, donc merci.
Nous sommes deux sœurs, Sarah 29 ans, Alicia 25. Nous avons des goûts très différents dans la vie, une façon de fonctionner en opposition totale. Et de manière assez énigmatique, c’est ensemble que nous allons au cinéma, que nous lisons et… que nous écrivons.

Moi : Vos sources d’inspiration ? Vos univers préférés ?
A et S : La science pour commencer, le phénomène d’infestation parasitaire qui a inspiré notre Krôl est celui de la douve du foie. En résumé, un minuscule parasite va passer du mucus d’un escargot, jusqu’à infester une fourmi, et la diriger hors de la fourmilière pour qu’elle se fasse manger par un mouton, où le parasite trouvera sa destination finale dans le foie de ce dernier. Nous nous sommes demandées ce qui adviendrait si ce parasite infestait le cerveau d’un homme. 
Et il y a l’histoire bien sûr. Le premier Helminthe est un Golem, vieux de cinq siècles et qui avec les meilleures intentions, a pavé l’enfer de nos héros.
La musique nous inspire beaucoup.

Moi : Les livres qui resteront à jamais dans le hit-parade de vos cœurs ? Ce que vous voudriez que tout le monde ait lus quoi…
Sarah : Hygiène de l’assassin d’Amélie Nothomb, Hunger Games de Suzanne Collins.
Alicia : Antigone de Jean Anouilh, Le Passeur de Lois Lowry.

Moi : Avez-vous des habitudes d’écrivains ? des manies, des tocs voire même des grigris ?
A et S : Du calme et de la musique.

Moi : Votre mot préféré…
Alicia : saugrenu.
Sarah : bredouille.

Moi : Les âmes rouges est votre premier roman et il a la particularité d’être écrit à quatre mains. Qui a eu l’idée ? Comment avez-vous décidé de vous lancer dans l’aventure et pourquoi à deux ?

A et S : En fait, pour tout te dire, on est coincées. Imaginons que notre roman soit un puzzle. Un puzzle secoué dans tous les sens à l’intérieur de son carton. Une partie des pièces a été distribuée à Alicia et l’autre partie à Sarah.
Ce n’était pas vraiment une idée, plutôt une configuration !
Quand nous étions petites, l’une des deux racontait une histoire, et l’autre imaginait la suite. C’est parti comme cela.


Moi : Un vrai travail d'équipe ! Du coup, écrire à deux est un exercice qui doit demander une certaine organisation… (est-ce chacun son chapitre ? Chacun son personnage ?).

A et S : C’est un peu ça. Il y a certains personnages dont on se sent plus proches. On se balance souvent des : « Ah non, Samy ne dirait jamais ça !» ou encore « laisse tomber, Romain je gère ». Alicia est très douée pour tisser la psychologie de plusieurs personnages dans une situation donnée. Elle comprend assez bien les êtres et les situations. Sarah a le sens de la mise en scène et rentre dans l’intériorité du personnage. Alicia va venir donner un côté esthétique et très visuel à chaque scène. Mais même cela reste à nuancer. Parfois, Alicia voit les choses, et Sarah les sent. Parfois, c’est l’inverse.
Il y a une certaine organisation qui sous-tend tout cela, mais elle opère à notre insu. 

Moi : Vous êtes très complémentaires au final. Quel a été votre parcours en tant qu’écrivain ? Je sais que votre roman a d’abord été de l’autopublication, et est aujourd’hui publié chez Pocket Jeunesse…

A et S : Oui, nous avons d’abord lancé notre roman en autopublication sur Amazon. Grâce au soutien et à l’enthousiasme de blogueuses littéraires, nous avons pris notre courage à deux mains et avons décidé de proposer notre roman aux maisons d’éditions. Nous ne pouvions pas rêver mieux que Pocket Jeunesse.


Moi : J'imagine ! quelle a été votre réaction face à cette belle opportunité ? Savez-vous ce qui les a attirés dans votre livre ?
A et S : Notre réaction… on a sauté au plafond. Plusieurs fois par jour, jusqu’à aujourd’hui. 
Ce qui les a attirés : l’aspect novateur de notre histoire, le fait que les personnages soient réalistes et attachants. L’action et les rebondissements.

Moi : Plus récemment, vous avez reçu le soutien d’Amélie Nothomb… Savez-vous pourquoi elle a aimé votre livre ?
A et S : Nous savons qu’elle a adoré et que notre histoire l’a beaucoup touchée. Là, on peut dire que l’expression « sauter au plafond » ne reflète pas suffisamment l’ampleur de notre joie. C’est un honneur et une fierté immense d’avoir son soutien.  Très bientôt, on pourra lire sur la version numérique « Si vous ouvrez ce livre, vous ne pourrez le refermer avant de l’avoir terminé », puis sur la version papier à l’occasion de la prochaine réimpression. 


Moi : Eh bien ! il y a de quoi être fières, en effet ! Bon, et si on en parlait de cette histoire, justement… 

A et S : Elle parle d' Ellie, 16 ans, et de son petit-frère Samy, 11 ans, qui sont mordus par des créatures assoiffées de sang alors qu'ils étaient de passage à Ysecart, la ville natale de leur père. Ils commencent alors à développer d'étranges pouvoirs… Avant de disparaître, leur mère leur donne pour consigne de quitter la ville et surtout de ne jamais boire de sang. Ellie et Samy décident de rester afin de retrouver leurs parents, convaincus qu'ils sont retenus prisonniers à Ysecart. En se lançant à leur recherche, ils découvrent leurs véritables origines. Pactes, alliance, guerre ancestrale, la ville d'Ysecart leur livrera ses plus sombres secrets. Ils devront faire face à tous les dangers et feront tout pour découvrir la vérité.


Ces créatures, les Helminthes, sont pour le moins originales. Ni vampire ni zombie mais pourtant assoiffées de sang…
A et S : Tout part de l’infestation. Un Infesté est un être humain mort suite à une infestation parasitaire. Lorsqu’un être humain se fait morde, il a une chance sur mille de se transformer en Helminthe, dans la majorité des cas, il deviendra un Primitif. L’Helminthe a l’allure du vampire, car il est brillant et surpuissant. Au cours de l’infestation, le Krôl n’a pas trop abimé son cerveau, il n’a fait que l’exploiter au maximum afin d’assouvir sa soif de sang. Le Primitif a la silhouette du zombie, car le parasite a réduit son cerveau en bouilli. Difficile d’avoir l’air d’un prédateur sadique et intelligent dans ces conditions. Dans les deux cas, les Infestés sont des morts, véhiculés par un parasite appelé Krôl.
Ellie et Samy descendent d’une lignée qui a réussi à lutter contre le Krôl pendant l’infestation. Ils ne sont pas morts, et ils ont préservé leur libre-arbitre, bien que cela implique une lutte permanente contre les désirs bestiales du Krôl.

Moi : le lieu de l’intrigue est fictif et reste évasif. Pourquoi ce choix ?
A et S : Ysecart est une ville qui se situe en France. Nous ne l’avons pas localisée pour que personne ne rentre dans une boulangerie en se demandant si les braves gens derrière la caisse n’allaient pas essayer de les manger. 

Moi : Il s’agit ici d’un tome 1. Combien la série en comportera-t-elle ? Peut-on s’attendre à de nouvelles surprises ? De nouvelles rencontres ?

A et S : Nous en avons prévu trois. Oui, nous avons prévu beaucoup de surprises, de réponses aussi et on l’espère, des rebondissements qui vous laisseront pantois ! 


Moi : Une petite question sur la suite. Sur quels projets travaillez-vous ? Avez-vous d’autres univers à faire vivre, ou êtes vous 100% investies dans la suite des âmes rouges ?
A et S : Pour l’instant, on se focalise sur Les âmes rouges. Mais ce n’est pas pour autant qu’on ne pense pas à de nouvelles histoires. On note toutes les idées qui nous passent par la tête et on les laisse un peu germer.

Moi : J'ai hâte de pouvoir continuer à vous lire dans tous les cas ! Un petit mot pour finir ? 
A et S : Merci. Merci à toutes les personnes qui nous soutiennent et nous donnent envie d’avancer. 

Merci à toi Sandra !