Animale, tome 2 : La Prophétie de la Reine des Neiges.

Auteur : Victor Dixen
Editeur : Gallimard Jeunesse
Parution : Août 2015
Pages : 448


RESUME :

Et si le plus merveilleux des contes cachait le plus sombre des complots?

1833, sur une île perdue du Danemark. Elle s'appelle Blonde, il se nomme Gaspard. Elle est animale, il est fou d'elle. Le destin s'apprête à les arracher l'un à l'autre: ils sont victimes d'une prophétie qui bouleversa le monde à jamais. Blonde parviendra-t-elle à déjouer les plans de l'énigmatique Reine des neiges, avec pour seul allié un jeune écrivain nommé Andersen?                                 

CHRONIQUE :

(11 Février 2017)

Ce deuxième et dernier tome de la série "Animale", quoiqu'un peu plus long que le premier, a su jouer avec le même brio sur la réécriture de conte boostée par le génie de Victor Dixen.

Nous retrouvons Blonde et Gaspard quelques mois après leur arrivée sur l'île sans nom. Vivant une idylle presque parfaite, leur bonheur sera mis à mal par l'arrivée d'un étrange gréement, venu semer la terreur .

Croisant le visage de la Reine des Neiges, puis enlevé par elle, le coeur de Gaspard est condamné chaque jour à se glacer un plus, jusqu'à ce qu'il finisse par s'arrêter de battre. Sauf si Blonde trouve le moyen de contrer la terrible prophétie...

Victor Dixen s'appuie essentiellement sur le conte de la Reine des Neiges, de Hans Christian Andersen afin de créer son personnage. Il croise ensuite ce conte avec la mythologie scandinave et sa déesse de la mort, pour nous créer un personnage au final complètement diabolique mais ô combien envoutant.

Un deuxième personnage prendra une place conséquente dans ce livre, et il ne s'agit pas moins de Hans Christian Andersen. Oui, celui-là même qui écrira le conte de la Reine des Neiges, et d'autres encore. Il est dit que l'homme s'inspirait de sa vie quotidienne pour écrire ses contes. Voici donc la véritable histoire de Hans Christian Andersen et de sa muse... C'est ainsi qu'en plus de la Reine des Neiges, vous trouverez dans ce texte d'autres points faisant référence à divers contes de l'auteur.

"Toutes les histoires doivent se terminer, Hans, même les plus merveilleuses, même les plus effroyables. Je vous ai promis la fin de la mienne. Le moment est venu de vous la livrer."

J'ai vraiment apprécié la précision de Victor Dixen, qui s'est extrêmement documenté avant de se lancer dans l'écriture du deuxième tome d'Animale. Toutes ces références ne peuvent qu'éveiller la curiosité, et j'ai personnellement lu juste après, le véritable conte de la Reine des Neiges, afin d'y retrouver les références présentes dans ce deuxième tome. Le conte originel est court et sa lecture apporte un réel éclairage sur ce deuxième tome et met en lumière l'étendue du talent de l'auteur.

Au niveau de la plume, celle-ci est toujours aussi belle et travaillée, adaptée à ce style d'une histoire ayant court dans les années 1830. Une fois encore, Victor Dixen use de plusieurs points de vue afin de nous narrer les aventures de Blonde et les siens. Certaines parties seront en fait des lettres écrites par la jeune berseker à l'intention d'Andersen. D'autres seront à la troisième personne afin de nous conter les réactions et aventures dudit Andersen.

"La frontière entre le réel et la légende est plus poreuse qu'on ne le prétend, dit Hans."

Bien que passionnant, j'ai trouvé ce second tome un poil plus long que le premier. Les idées sont toujours aussi foisonnantes mais Blonde se retrouve bien souvent plus spectatrice qu'actrice, et son rôle de simple témoin impuissant amène quelques longueurs malvenues au sein de ce récit pourtant épique. 

Pour autant, qu'on se le dise, ce deuxième tome est également très bon et vaut vraiment le détour. Sans compter que j'ai beaucoup appris, d'un point de vue documentaire, sur Andersen et ses contes. Un diptyque superbement réussi. À lire.