Chasseuse de la nuit, Tome 1 : Au bord de la tombe.

Auteur : Jeaniene Frost
Editeur : Milady
Parution : Novembre 2009
Pages : 512


RESUME :


Mi-humaine, mi-vampire, Catherine Crawfield traque les morts-vivants dans l'espoir de tuer son père, le monstre qui a fichu la vie de sa mère en l'air. Elle est alors capturée par Bones, un vampire chasseur de primes, qui lui impose une association contre nature: il aidera Cat dans sa quête et, en échange, ce très sexy prédateur de la nuit fera d'elle une chasseuse aux réflexes aussi acérés que ses crocs. Mais avant de pouvoir jouer les buteuses de démons, Cat est elle-même prise en chasse par une bande de tueurs. Forcée de choisir son camp, elle va vite se rendre compte qu'être une suceuse de sang a ses avantages...

CHRONIQUE :

(16 juillet 2016)


"Chasseuse de la nuit". Cela fait tellement longtemps que je vois tous ces avis pour le moins dithyrambiques sur cette saga d'urban fantasy !

Ca y est, j'ai enfin franchi le pas, et, comme tout le monde, j'ai été totalement séduite par l'univers de Jeaniene Frost et par le duo Cat and Bones.

J'adore ces deux personnages qui sortent un peu de l'ordinaire dans leur relation : Bones est loin d'être le gros macho sauveur de ces dames, ni l'irréductible vampire séducteur. Ah oui, je vous l'avais pas dit ? Bones est un vampire. Beau comme un dieu, charmant, prévenant, mais pas imbu de lui même pour deux sous.

Cat quant à elle, n'est ni invincible ni une pauvre femme en détresse, je trouve ses capacités très bien dosées, et la relation qui se forme entre les deux se fait de manière rationnelle, avec du temps, des dialogues à mourir de rire, des piques, des engueulades... De la réalité quoi ! Et en résultat, nous obtenons un couple de personnages principaux particulièrement attachants. Rien que pour ça je dis bravo.

"J’étais allongée sur quelque chose de moelleux. Je flottais, comme si j’étais sur un nuage, et je m’emmitouflais dans une couverture cotonneuse. Je m’enfonçais encore plus au chaud lorsque le nuage me parla sur un ton irrité.
— Si tu dois prendre toute la couverture, j’aime autant que tu dormes par terre !
Hein ? Depuis quand les nuages râlaient-ils, avec un accent anglais de surcroît ?"


A noter quelques scènes de sexe, mais vraiment toutes mignonnes qui sont loin des scènes exaspérantes et hors réalité qu'on peut observer dans certains romans de bit-lit (genre les derniers tomes d'Anita Blake quoi... Pourtant j'étais fan de cette série, mais c'est vraiment devenu du grand n'importe quoi, snif).

Bon, il me paraît utile de mentionner que Cat est une hybride, donc point de vue force et régénération, ça aide pas mal ! J'aime réellement son personnage, fort et déterminé mais avec un coeur gros comme ça avec les gens qu'elle apprécie. Toujours bardée de pieux, lames et autres armes habilement dissimulées dans ses cuissardes, c'est une réelle guerrière féminine que nous avons là. 

Mais loin de s'arrêter à cette réussite sur ses personnages, l'auteur a aussi bien travaillé son monde (avec un folklore relativement classique à quelques détails près) et son intrigue.

Ouais faut le savoir : Chasseuse de la nuit, ça déménage ! Faut dire que la pauvre Cat aura appris l'art du combat vitesse grand V entre les mains d'un Bones surmotivé. Cat et Bones, ce sont des machines à tuer extrêmement intelligentes et complices. Un régal.

"— Les vampires existent depuis des millénaires, et même si nous avons nos brebis galeuses, la majorité d’entre nous se contente de prélever un peu de sang par-ci par-là sans tuer personne. Et puis ce n’est pas comme si ton espèce était blanche comme neige. Hitler n’était pas un vampire, à ce que je sache ? Tu sais que j’ai raison. Les humains peuvent être aussi malfaisants que nous, ne l’oublie jamais." 

Pour cette première aventure, nous commençons par decouvrir le quotidien de Cat : la fac le jour et la chasse aux vampires les nuits de week-end. J'avoue que la mère de Cat m'apparaît particulièrement antipathique, se servant de sa fille comme l'instrument de sa vengeance, n'exprimant aucune compassion ou empathie pour sa progéniture. Je ne serais pas fâchée qu'il lui arrive des misères, à elle,  je jubilerais. 

Bref, revenons à nos vampires. Un soir de chasse comme les autres, Cat va tomber sur un os, et pas n'importe lequel : Bones (visez un peu le jeu de mots quand même hein !). Et là, la jeune femme de 21/22 ans va comprendre qu'avec un maître vampire, elle est cuite. 

"- Combien de vampires as-tu tués ? Ne mens pas, je m'en apercevrais.
[...]
- Seize, en comptant ton ami d'hier soir.
- Seize ? répéta-t-il d'un ton incrédule en me regardant de nouveau avec attention. Tu as tué seize vampires à toi toute seule, armée simplement de ton pieu et de ton décolleté ? Franchement, j'ai honte pour mon espèce."


Sauf que Bones étant Bones, Cat va rester en vie et travailler avec cet allié improbable afin de ferrer des canines puissantes. Et c'est ainsi que les emmerdes ont commencé... 

L'écriture de l'auteur est parfaite pour l'Urban Fantasy : simple et efficace, toujours empreinte de bonnes descriptions bien crades mais aussi d'une bonne dose d'humour.

Une intrigue très bien ficelée (on ne s'ennuie jamais et tout tient la route !), de l'action omniprésente, des vampires à foison, des personnages extraordinaires et un humour décapant, y'a rien à dire, tout y est et ça marche complètement avec moi !

Chasseuse de la nuit vient de rejoindre mes séries chouchoutes que son Mercy Thompson et Charley Davidson ! 

"— En conclusion, nous sommes très durs à battre. Comment une gamine comme toi a réussi à transformer seize d’entre nous en nourriture pour vers de terre, ça me dépasse, mais il y a des imbéciles à tous les coins de rue.
— Hé ! (J’étais vexée, aussi je défendis mon palmarès). Je t’aurais coupé en petits morceaux si tu ne m’avais pas forcée à conduire et si tu ne m’avais pas prise en traître en me frappant quand je ne regardais pas."