Danger Mortel.

Auteur : Ann Aguirre
Editeur : Editions Dreamland
Parution : Juin 2017
Pages : 416


RESUME :

Edie est sur le point de se jeter du haut d'un pont, à Boston. Elle veut en finir avec la vie, parce que pendant toute l'année, les élèves les plus populaires de son lycée n'ont cessé de l’humilier et de la harceler. C’est devenu insupportable. Mais au moment de se lancer dans le vide, une main la retient. C’est Kian, un jeune homme à la beauté surnaturelle qui lui propose une autre option que le suicide. Ils font un pacte diabolique : il exauce ses vœux et elle lui vend son âme. La jeune fille va enfin pouvoir se venger et régler ses comptes avec ses harceleurs. Mais le diable ne respecte jamais les règles du jeu. Non seulement Edie reste obsédée par Kian et sa beauté ténébreuse, mais les choses dérapent dangereusement quand plusieurs élèves décèdent...              


CHRONIQUE :

(01 Juillet 2017)

« Danger mortel » est la nouvelle parution française d'Ann Aguirre, l’auteur de la trilogie d’Enclave. J’avais donc hâte de découvrir ce nouveau roman, d’autant que le résumé était tentant.
 
Il faut noter dans un premier temps que, même si cela n’est pas indiqué sur le livre, il s’agit d’un premier tome.
 
Nous rencontrons ici Edie, au bout du rouleau à force d’être harcelée au lycée. Des parents gentils mais trop absorbés par leur travail pour se rendre compte du mal-être de leur fille, et aucun véritable ami sur lequel se reposer. C’est donc du haut d’un pont qu’Edie a décidé de faire le grand saut. Mais les événements ne se passeront pas comme prévus.
 
Car le mystérieux Kian, la retenant en haut de ce pont, lui proposera un pacte. Aussi alléchant que dangereux….
 
Car Edie tient peut-être enfin l’occasion de rendre la monnaie de sa pièce à ses harceleurs. Même si la situation finira par totalement lui échapper…
 
« Je fis quelques pas en arrière, jusqu’à être près de la porte, mais mon reflet dans le miroir ne bougea pas.
-    Qu’est-ce que tu veux ? demandai-je.
-    Ta vie. »

 
L’idée de base du roman est juste excellente, il faut le dire. Alors certes, nous sommes dans du Young Adult, et la 4eme de couverture nous annonce clairement une romance entre les deux personnages, mais j’avoue qu’au final, cette dernière sert plutôt bien le récit.
 
En revanche, je m’attendais à plus d’action et moins de… vie quotidienne. Le premier des décès annoncés par le résumé n’arrive qu’a la moitié du roman (soit à plus de 200pages) ! Certains passages m’ont paru inutiles, du moins développés alors qu’ils ne le méritaient pas. Je comprends que l’auteur ait voulu prendre le temps de mettre en place son univers, nous faire découvrir ses personnages, mais trop… c’est trop. Je ne peux guère plus développer cet argument sans vous spoiler, il faudra donc vous en contenter.
 
Mais du coup, j’avoue que ma lecture fut plus mitigée que prévue… j’avais parfois du mal à rester concentrée sur ma lecture, même si cette dernière était loin d’être mauvaise, soyons d’accord !
 
À côté de ces longueurs, certains éléments m’ont paru, au contraire, sous développés… je reste à la fin de ce premier tome avec beaucoup de questions qui attendent des réponses…
 
A part cela, l’auteur profite de ce roman pour aborder certains thèmes, parfaitement d’actualité, tel le harcèlement scolaire. Elle met aussi en avant le fait que les gens ne sont pas toujours ce qu’ils paraissent et qu’ils méritent une chance, méritent d’être connus avant d’être jugés. Je trouve ce thème très bien géré, même je m’attendais à un livre où le quotidien des lycéens serait moins mis en avant.
 
Parlons un peu des personnages, car ils sont l’un des points forts de ce livre. Edie et Kian sont tous les deux intéressants et ils forment un duo particulièrement adorable. Certes ils sont typiques du genre Young Adult, mais ma foi, cela fonctionne plutôt très bien. Nous apprenons réellement à connaître Edie, et ne pouvons que nous rendre compte que, malgré tout ce qu’elle a subi, et malgré ce qu’elle voudrait se faire croire à elle-même, elle est une personne profondément gentille. Son personnage est celui qui nous permet le mieux d’appréhender le thème du harcèlement, forcément.
 
Ann Aguirre précise en fin d’ouvrage avoir été une Edith (le vrai prénom d’Edie), et cela ne m’a guère étonnée. En effet, on sent un ton très personnel dans l’énonciation des sentiments de malaise de notre lycéenne. Il faut avouer que sa voix m’a beaucoup touchée et Ann Aguirre passe un message fort, de manière intelligente.
 
Et puis, même si la première moitié offre pas mal de longueurs, la seconde se rattrape et les disparitions s’enchaînent. Nous commençons à comprendre quelques tenants et aboutissants, et nous rendons compte que Kian et Edie ne sont que des pions dans un immense jeux d’échecs entre deux « partis » d’immortels.
 
« Ce soir-là, j’aurais dû lui parler de l’homme au sac et des enfants effrayants. Mais je ne le dis pas ; je les oubliais dans ce déluge d’autres problèmes.
C’était une erreur. »

 
En somme, ce premier tome fut une bonne lecture, avec quelques défauts, il faut le dire. Cependant, vu la tournure des événements, j’ai bon espoir que la suite soit intéressante et riche en révélations. À suivre donc.