Elia la Passeuse d'Âmes, Tome 2 : Saison Froide.

Auteur : Marie Vareille
Editeur : Pocket Jeunesse PKJ
Parution : Janvier 2018
Pages : 414


RESUME :

  

  

  

  

  

  

 

En rentrant avec Solstan au Conclusar, le centre de détention pour mineurs du Palatium, Elia n’a qu’un seul objectif, sauver sa soeur. Mais elle est loin d’imaginer les dangers qui l’attendent derrière les murs de béton où le secret de ses origines ne doit être découvert à aucun prix ! Dans un monde impitoyable où l’ennemi n’est pas toujours celui que l’on croit, Elia survivra-t-elle ? Arrivera-t-elle à sauver sa sœur et à retrouver ses amis ? Elia, Solstan, Tim et Arhia sauront-ils défendre leurs idéaux jusqu’au bout, quel que soit le prix à payer ?

CHRONIQUE :


(31 Janvier 2019)
 
C’est avec grand plaisir que je me suis replongée dans l’univers glacial d’ « Elia la passeuse d’âmes ». Avec ces premiers jours de neige, c’était vraiment la température idéale pour se plonger dans une atmosphère glaciale, aussi bien par la météo que par la mentalité de certains personnages…

Le premier tome d’Elia avait été un véritable coup de cœur, mais ce second m’a tout autant enchantée.

Nous retrouvons cet univers riche et bien pensé de Marie Vareille. Un univers basé sur des clés habituelles (destruction du monde, système de castes, personnage qui sort de sa caste, etc…) mais qui va loin dans la profondeur, le détail, la richesse, bref un univers certes dur, glacial, mais enivrant.

Ce deuxième tome est une suite directe du premier, nous retrouvons nos personnages là où nous les avions laissés. J’avais lu le début il y a 2 ans minimum, mais honnêtement tout est revenu facilement, même si je me suis aidée du résumé que j’avais fait. J’avais oublié que Sol et Elia se retrouvaient au Conclusar, cet endroit horrible dont je ne dirai rien de plus, et croyez-moi, une fois encore, l’action commence dès les premières pages.

C’est une réelle caractéristique de cette série : nous commençons sur les chapeaux de roue, et l’autrice nous tient en haleine jusqu’à la dernière page. Il faut le dire, grâce à son écriture enlevée, à ses chapitres courts, à une intrigue extrêmement riche et travaillée, à des extraits de journaux ou autres en début de chapitre, Marie Vareille impose à son récit un rythme extrêmement dynamique qui est assez impressionnant. Question addiction nous sommes à 12/10 !

J’ai toujours autant apprécié les personnages, et notamment un nouveau venu, Alek, que je trouvais mystérieux et intéressant, même si ma préférence va toujours à Solstan, qui, malheureusement ici est un peu moins présent. Elia est toujours la même, cette héroïne qui donne le meilleur d’elle-même sans être parfaite. J’apprécie toujours autant le caractère très humain (donc crédible) des personnages de Marie Vareille.

"Tu as derrière ces jolis yeux gris une chose fort utile qu'on appelle un cerveau, grommela-t-elle, je suggère que tu l'utilises pour réfléchir par toi-même. Sache toutefois que l'histoire a démontré que la violence engendre toujours la violence et qu'on obtient rarement la paix en déclarant la guerre."

Et même si nous retournons dans un univers que nous avons déjà découvert, j’ai retrouvé la même passion à y être plongée. Aucun essoufflement post découverte, comme cela m’arrive parfois avec les deuxièmes opus.

Aucune possibilité non plus de découvrir dans quelle direction l’autrice nous emmène. Elle travaille et peaufine chaque détail afin de nous mener en bateau, et n’hésite pas à nous faire froid dans le dos en maltraitant ses personnages.

Ce deuxième tome appuie sur d’autres points sensibles que le premier. Elia y est beaucoup moins rejetée, mais ce n’est pas pour cela que la vie sera plus facile pour elle… Venue au Conclusar pour libérer sa sœur, on ne peut pas dire que l’autrice ait décidé de l‘épargner… Et je ne parle même pas de Solstan…

Elia est une série Young Adult que j’adore et qui ne fait définitivement pas dans la guimauverie et le sentimentalisme… Ici, le côté Young Adult n’est pas une excuse pour offrir au lecteur un roman édulcoré, au contraire, c’est une série intense sur tous les points. L’univers, les personnages, la tension, l’action, les tourments… Intense est le mot qui colle à merveille à tous les aspects de ce récit.