Elvira Time, tome 2 : Jail Time.

Auteur : Mathieu Guibé
Editeur : Editions du Chat Noir
Parution : Avril 2016
Pages : 220

RESUME :

« Pour certains, le lycée, c'est l'enfer. Pour moi, la situation s'est pourtant considérablement améliorée depuis que Ludwig, le savant fou prépubère, m'invente des armes sur mesure pour embrocher du vampire pendant que Belinda, sous les traits de ma prétendue avocate, me permet de toucher la prime de mes exécutions, avant ma majorité.

Mais bien entendu, il a fallu que les politiques s'en mêlent : je n'ai certainement pas besoin d'une réorientation gouvernementale quant à l'intégration des Tolérés. Ma bienveillante croisade anti-raclures multicentenaires dans les couloirs du bahut va être bien plus hard, s'il m'est dorénavant interdit d'exploser un ou deux de ces petits vampires à collier.

Dénuée de la fibre patriotique, née pour zoner du mauvais côté de la légalité, d'aucuns disent que je suis à deux doigts de verser dans le crime, ce qui se traduit maintenant par verser du sang de Toléré. Il faut bien l'admettre, ces gens sont loin d'avoir tort… »

CHRONIQUE :
(30 Mars 2016)

Elvira Elvira... Que dire de mes retrouvailles avec ma badass dézingueuse de vampires préférée ? Que j'ai adoré ? Oui mais ça, c'est une évidence... Qu'il était temps ? Oui mais ça, c'est de la faute de son auteur. Alors quoi ? Eh bien que Elvira, c'est ma star à moi. Eh ouais. C'est pas de ma faute si c'est la meilleure non plus !

Nous retrouvons Elvira plus remontée que jamais : imaginez, déjà que les Tolérés, pour elle, c'est une hérésie, mais un gouvernement qui fait des plans pour mieux les intégrer, là, c'est vraiment la couille dans le potage !

Bien entendu, quand on attire les emmerdes comme elle, on ne le fait pas à moitié... Du coup, le plan d'intégration a comme par hasard décidé de venir s'installer... dans son lycée. Résultat ? Butter des canines à collier devient vraiment mais alors vraiment très mal vu. Et en plus, il semblerait que ces tocards se fassent un plaisir de la narguer... Mauvaise idée. Trèèès mauvaise idée.

Passer du mauvais côté de la barrière n'a jamais été un problème pour Elvira s'il s'agit d'exploser du vampire. Alors oui, now, c'est Jail Time !

"J'avais proposé à l'officier chargé de tirer mon portrait pour mon casier judiciaire - notez que c'était une première - d'écrire "I'm with stupid" sur mon petit panneau identificateur. Il n'avait pas souri, pas plus lorsque je lui avait demandé de faire une petite marque au feutre sur l'échelle des tailles pour voir si j'aurais grandi lors de ma prochaine visite."

Mèche blanche rebelle, humour piquant, pieu au poing et tatouage explicite, vampires et préjugés n'ont qu'à bien se tenir ! Elvira est la preuve qu'on peut être une héroïne et une badass cassante et décapante !

Outre l'humour mordant (sans mauvais jeu de mots) toujours au rendez-vous, je trouve que la Team Time ne fait que prendre de la valeur. Le côté incongru de leur amitié est un vrai régal surtout lorsque Elvira se sent obligée d'être garce avec ses amis alors qu'au fond... sa vie a bien changé depuis qu'ils sont là.

Belinda. Ah là là. Notre grande bécasse se bonifie avec le temps, elle se montre capable de certaines choses que je n'aurais pas cru d'elle. Aurait-elle envie de vraiment nous faire croire que les blondes ne sont pas si nunuches que ça ?

Quant à Ludwig... Cet étrange petit bonhomme au cerveau et au ventre surdéveloppés ne cesse de me faire mourir de rire avec ses discours alambiqués et son pragmatisme parfois un brin effrayant (je pense notamment aux tests sur les colliers... Excellent !).

"_ Que fais-tu ?
_ Mon boulot ?
_ Mais tu retires toujours les crocs par une procédure post-mortem !
_ C'est un vampire, c'est du pareil au même.
_ Pas en terme de nociception !
_ Tu m'énerves avec tes mots compliqués. Tu filerais une migraine à un cachet d'aspirine, m'exclamai-je en dégainant mon pieu et en le plantant profondément dans la cage thoracique.
_ De sensation de douleur, explicita le petit génie.
_ Elle n'a plus mal là, pour ceux qui s'en soucieraient, conclus-je alors que le mur vomissait une bouillie d'hémoglobine dans le coffre de mon pick-up."

Et puis bien sûr, il y a Jéricho. Jéricho, le commencement, la base, la vie de l'ado à la mèche blanche. Une vraie réussite pour ce personnage qui est le seul à savoir briser la carapace d'Elvira, nous montrer sa fragilité, ce qui rend la jeune femme vraiment attachante.

Côté objet livre, Diane Ozdamar a repris le flambeau des illustrations. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle a su apprivoiser la chasseuse (enfin autant qu'il est possible de dompter cette bête sauvage). Ses illustrations sont juste incroyablement magnifiques ! Mais vraiment à dire ouaouh quoi! Déjà cette couverture ! Elle met direct dans l'ambiance et nous fait comprendre que, non, décidément, Elvira n'est pas la petite sœur de Buffy. Ou alors sa jumelle démoniaque... Les couleurs, les expressions... Tout rend l'ambiance à la perfection. Bref j'a-do-re !
5 marques-pages accompagnent ce livre, dont on retrouve les doubles en fin d'ouvrage. À part cela, 5 dessins illustrent l'histoire, avec une petite préférence pour la première, où Elvira rencontre un certain Cootridge...

Ah, et en fin d'ouvrage, nous avons encore le droit à un épisode de "Dentiers vs Zombies", la série préférée d'Elvira. Cet épisode est une parodie à mourir de rire de 50 Shades of Grey. Si si je vous jure. Vous voyez pas le rapport ? Alors lisez, vous verrez. Et vous rirez.

J'ai réussi à arracher à l'auteur qu'il y aurait quatre saisons d'Elvira. Quatre ouais. Donc Mathieu... VA ÉCRIRE !!

Bref, Elvira c'est un coup de poing d'éclate et de bonne humeur en pleine face, et ça fait du bien ! Percutant !