Felicity Atcock, tome 5 : Les Anges battent la campagne.

Auteur : Sophie Jomain
Editeur : Rebelle Editions
Parution : Octobre 2015
Pages : 290


RESUME : 

La plupart des gens ont une famille bien comme il faut. Moi, non. Mon fils a des super pouvoirs, ma tante est un vampire, et mon père est gardé prisonnier en enfer.
Si j’avais eu le caractère de ma mère, je serais restée bien tranquille chez moi, mais manque de bol, je suis le portrait craché de mon géniteur. C’est pourquoi je vais aller le chercher au sous-sol, serrer la pince à Satan et lui faire faux bond dans la foulée.

Avec un peu de chance, je m’en sortirai indemne. Enfin... presque.

Plus...

CHRONIQUE :
(17 Avril 2016)


Ah là là les amis, quel tome mais quel tome !! Oui je sais je vous dit ça à chaque tome pour cette série mais je n'y peux rien si à chaque fois ça fonctionne !! Combo gagnant avec cette saga qui mélange à merveille l'humour, l'action et les surprises. Tout est parfaitement dosé, alors ajoutez à cela des personnages du tonnerre et vous comprendrez pourquoi cette série est un coup de cœur pour moi. 

"Cette petit démonstration fait partie de ces désagréments que doivent subir les vampires lorsqu'on les jette dehors. Car voyez-vous, par chance, en aucun cas ils ne peuvent demeurer chez quelqu'un  sans y avoir été conviés. Malheureusement pour Toni, c'est un fait que j'avais intégré à la perfection. Une fois dans l'encadrement, il a été poussé en avant avec plus d'efficacité que s'il avait reçu un bon coup de pieds aux fesses. Il a dégringolé toutes les marchés du perron. C'était la troisième fois que ça lui arrivait, alors ça m'a laissée de marbre. Mon gravier et Toni étaient intimes depuis longtemps, les présentations n'étaient plus à faire."

Déjà, l'auteur a piqué ma curiosité lorsque je lui ai fait dédicacer le livre au Salon du Livre de Paris. En guise de dédicace, un dessin présentant Felicity tenant les mains à un être ailé avec au dessus d'eux pleins de cœurs et au dessus de lui une bulle de pensée. Dans laquelle Sophie a écrit :"enfin !". Puis elle m'a montré le dessin. J'ai souri. Elle repris la dédicace et a rajouté en dessous : "presque". J'ai éclaté de rire ! Du Sophie Jomain tout craché ! Jouer avec les mots pour vous mettre sur la mauvaise piste.

Bref, c'est tout heureuse que je me suis replongée dans cette série. Personnellement j'ai tendance à garder des résumés des tomes que je lis pour me rafraîchir la mémoire avant lecture du suivant, mais l'auteur redonne pas mal d'éléments et je pense qu'il est facile de se remettre les évènements en place juste avec ça. 

Nous retrouvons donc Felicity, heureuse comme jamais grâce à son rayon de soleil : Adam. Pourtant, quelques ombres viennent noircir le tableau et la plus grande de toutes : son père est toujours prisonnier en Enfer. Mais ce n'est pas un petit séjour au royaume de Satan et Belzébuth qui va arrêter Felicity. Laissant Adam entre de bonnes mains (pourtant qui l'aurait cru !), elle partira accompagnée de l'horripilant mais si charmant Stan à la rescousse de son père. Mais malgré sa détermination, Satan étant ce qu'il est, rien n'est gagné d'avance... 

"L'espoir faisant vivre, vivons !" 

Ce tome est juste génial. Juste addictif. Juste... Ouaouh quoi ! Car au plaisir de retrouver mes personnages fétiches et sacrément charismatiques, s'ajoutent un rythme d'enfer et pas mal d'événements. Gobelins, gargouilles et autres cochons viennent envahir les pages, bien décidés à pimenter la vie de notre moitié d'entre-d'eux. 

C'est toujours un réel plaisir de retrouver Felicity, impertinente jusqu'au bout des ongles, se raccrochant désespérément à l'humour quand plus rien ne va. Elle est courageuse, déterminée, est une vraie chieuse et surtout une sacrée inconsciente... Elle suffirait à porter le livre à elle seule bien que l'auteur ne s'arrête pas à cette facilité. Le duo qu'elle forme avec son amie Daphné est réellement un duo gagnant, même si la pauvre amie est un peu laissée pour compte dans ce tome (dans le but de la garder en sécurité, soulignons-le). 

"- Que penses-tu de cette situation inattendue, belle Humaine ?
- Eh bien, personne ne pourra vous reprocher de ne pas avoir le sens du coup de théâtre, ai-je répondu. Avez-vous déjà songé à embrasser une carrière de scénariste ? Vous feriez un tabac.
- Aussi impertinente que son père ! S'est joyeusement exclamé Satan. Je devrais peut-être penser à vous garder ici
ad vitam aeternam. Votre insolence est rafraîchissante.
- Et fatigante à la longue, faites moi confiance sur ce point.
J'avais l'air d'être décontractée comme ça, mais n'en croyez rien."


Ensuite, Margaret prend ici du galon, et la tante vampire vient se montrer sous un nouveau jour, qui permet très intelligemment de renouveler un peu les personnages, les personnalités et les relations. Je trouve cela vraiment bien, au bout de 5 tomes, d'avoir toujours du mouvement et pas un auteur qui se repose sur ses acquis. 

Et puis, évidemment il y a Stan... Toujours aussi charmant, il s'est pourtant montré particulièrement horripilant et provocateur ici. Je crois qu'on peut le dire, Stan en a ras la casquette des reproches de Feli. Et il se montre légèrement handicapé des sentiments. Légèrement. Je ne suis pas sûre que "tu es à moi" et pour résumer "je vais te baiser" sont les mots les plus appropriés pour séduire une fille... Surtout quand ladite fille a un caractère de chien comme Feli... Pourtant, comme toujours, il sera là au moment de lui sauver les miches (autant que pour les admirer, de fait). Je l'adore toujours autant bien qu'ici, à la place de notre héroïne de choc, un certain nombre de claques auraient fusé. Après, quand on voit ce que cette dernière traverse, pas étonnant que les remarques de l'entre-deux la laissent de marbre. 

N'oublions pas non plus l'enfer et ses créatures, que l'auteur nous décrit avec force détails peu ragoûtants. On se fait vraiment une idée précise du lieu, empreint de luxure, débauche, souffrance et bestialité. Pas vraiment la destination de mes rêves pour les vacances quoi...

Encore une fois, Felicity offre un excellent moment de lecture, qu'on ne voit pas passer tant on dévore les pages. Et histoire de bien nous plomber, on a même le droit à un cliffhanger de folie en final, de quoi se bouffer les doigts de frustration. Je n'ai pas peur de dire que j'ai vraiment hâte que sorte le sixième et dernier tome, afin de savoir quelle sera la conclusion de toutes ces aventures. Dans tous les cas, il promet d'être épique, même si je serai forcément triste de devoir quitter Felicity et les siens. 

Si vous aimez les anges, les démons, les vampires et l'humour, Felicity Atcock est fait pour vous. 

"- Elle est stripteaseuse.
Mon amie a ouvert des yeux comme des soucoupes. Prévisible.
- Quoi ?
- Oui à ses heures perdues. [...]
- Ben mince alors ! Terrence est au courant ?
- Comment veux-tu que je le sache ?
Elle a pincées lèvres.
- Les anges ne sont plus ce qu'ils étaient, si tu veux mon avis."