Funèbres, Tome 2 : Sans Préavis.

Auteur : Rachel Caine
Editeur : J'ai Lu, Collection Darklight
Parution : Octobre 2014
Pages : 384


RESUME :

Depuis mon retour à la “vie”, je tente d’apprivoiser ma nouvelle existence, centrée essentiellement sur les pompes funèbres et Pat, tout en occultant la disparition prolongée de ma soeur…
Afin de continuer à bénéficier des soins quotidiens liés à ma condition, je me suis engagée à me rendre disponible pour le FBI si besoin. Aussi, lorsque l’agent Block m’a contactée pour me confier une mission, je n’ai pas vraiment eu le loisir de refuser, même si l’intitulé de celle-ci porte le nom de mon pire cauchemar : Pharmadene.              

CHRONIQUE :

(11 Février 2017)


Ce deuxième tome de Funèbres m'a tout autant plu que le premier.
Je commencerai par rappeler que même si je classe cette série dans l'Urban Fantasy, nous sommes dans un scénario un peu particulier.

En effet, ici, nous n'avons pas de créatures surnaturelles. Ni de magie. En fait, aucun élément fantastique à proprement parler. En effet, les capacités particulières de certains personnages, dont Bryn, ont une explication scientifique. Pour donner un exemple concret, nous sommes plus dans le genre, par exemple, des zombies, qui existent à cause d'un virus ou d'une bactérie etc... voilà. Cela explique mieux l'univers de Rachel Caine (même s'il n'y a pas de zombies lol). Personnellement je trouve le concept de l'auteur très original, d'autant que là-dessus, une enquête bien ficelée est encore de mise.

Nous retrouvons Bryn, qui est donc à la tête des pompes funèbres Davis depuis 6 mois. Joe Fideli, son garde du corps, lui sert d'assistant. Mais Bryn, toujours prisonnière de son besoin d'injections, reste à la botte du FBI. Et l'agent Riley en profite bien pour la mettre à contribution. Évidement, cela n'est jamais sans danger.

"- Cela vous a peut-être échappé, alors je vais le redire lentement : je travaille pour le FBI. Et ce n'est pas le Bureau Fédéral d'Incinération.
- Allez dire ça aux employés de Pharmadene qui n'ont pas pu sortir du Grand Auditorium à temps quand il a explosé."


Ce deuxième tome est dans la veine du premier. Toujours aussi dynamique et addictif, j'aime une fois encore voir le décor planté autour de pompes funèbres. Cela peut paraître étrange mais je trouve cela original et décalé. D'autant que dans ce deuxième tome, l'auteur continue à nous saupoudrer quelques infos concernant le fonctionnement de ces établissements pour une ambiance très réaliste.

J'aime toujours autant le personnage de Bryn, qui va s'installer chez Patrick. J'apprécie le fait que les relations entre les deux personnages soient traitées de manière mature, sans lourdeur. Cela rend la romance, peu présente déjà, agréable à suivre.

Bryn a toujours ce même humour décalé et son tempérament de feu, même si une fois encore elle s'en prend plein la tronche. Je l'ai d'ailleurs trouvée plus courageuse dans ce tome que dans le précédent. À part cela, nous tombons tout de suite sous son charme et celui de son chien Mister French. Moins demoiselle en détresse, je pense avoir encore plus apprécié ce tome que le premier !

"Elle ne disposait malheureusement pas d'une force surhumaine. Son seul "superpouvoir" était d'être difficile à tuer.
Ça se saurait si les cafards étaient tous des super-héros..."


Patrick McCallister, dernier personnage du trio de choc, gagne réellement à être connu dans ce tome. Une fois encore, Rachel Caine a l'art de nous offrir des protagonistes travaillés et intéressants. Un vrai bonheur.

À noter qu'ici, l'intrigue démarre dès les premières pages. De sa plume toujours aussi fluide et agréable, l'auteur nous emmène avec Bryn sur les traces de Pharmadene. Encore et toujours. Un excellent tome plein de surprises et de rebondissements.

"Est-ce que c'est ce qui est en train de se passer ? Des meurtres autorisés par le gouvernement, et vos chefs ferment les yeux ? Parce que je vous jure, Riley, que si c'est le cas, je vais alerter tous les médias, jusqu'aux catalogues de coupons de réduction, si vous ne faites pas cesser tout ça."

Le seul petit bémol que je pourrais émettre, c'est le fait que Rachel Caine raconte son histoire à la troisième personne. Je dois avouer que parfois cela me perturbait un peu, car elle nous donnait les sentiments de Bryn, et, du coup, je m'attendais à reprendre ma lecture avec un "je". Je pense que ce genre de récit gagnerait à être écrit à la première personne, afin d'être plus proche encore de notre personnage principal et apporter une petite touche de maturité supplémentaire. Mais cela reste tout de même un point de détail.

Décidément, cette saga pour le moins originale sait me charmer. Entre un scénario peu commun, des personnages attachants et hauts en couleur et la bonne touche d'humour qui va bien, je lirai le trosième et dernier tome de Funèbres avec grand plaisir.