Givre, Partie 1.

Auteur : Jean Vigne
Editeur : Editions du Petit Caveau
Parution : Juin 2017
Pages : 244


RESUME :

L’effroi gagne la capitale.
Les agressions s’enchaînent dans les sous-sols parisiens.
Ange Bernier, policière mal-aimée du 36 quai des Orfèvres, se voit confier l’enquête, mais, très vite, les morts se multiplient avec une logique macabre.
Un tueur en série ? Trop simple… Trop de sang, trop de mystère, et aucune réponse pour enrayer ces boucheries à répétition.
Une énigme rôde dans la nuit, sournoise et terrifiante. Une de celles qu’Ange aurait préféré ne jamais croiser.
Tuez-les tous ! Plus facile à dire qu’à faire…

CHRONIQUE :

( 28 Janvier 2017)
 

Alors que sort bientôt le tome 2, je viens pour ma part de finir le premier opus de cette nouvelle série de Jean Vigne. 

Ici nous rencontrons Ange Bernier, capitaine de police au 36 quai des orfèvres. Assez badass et n’ayant pas vraiment la tête de l’emploi avec sa coupe asymétrique et son franc parler, Ange n’est pas la plus populaire des flics (et surtout, c’est une femme). Un jour, elle se voit confier une enquête dont personne ne veut vraiment...

Une enquête qui va emmener la jeune femme dans une horreur à laquelle elle ne s’attendait pas, et où elle aura bien du mal à accepter la vérité. En effet, les cadavres s’amoncellent, et les meurtres sont plus sanglants que jamais. Les témoins parlent de monstres, et Ange va bien vite découvrir la vérité...

Givre est très différente de l’autre série de Jean Vigne que j’ai lue, « Néachronical », mais elles ont tout de même un point commun : une héroïne au caractère bien trempé. Et il faut l’avouer, la sauce a encore marché avec moi puisque c’est typiquement le genre de personnage que j’adore.

Les flics intégrés à son équipe sont moins fouillés, en revanche nous apprenons à découvrir aussi le personnage d’Auguste, au genre dandy, et que j’ai beaucoup aimé. Il est assez mystérieux, et nous en découvrons sur lui jusqu’à la dernière page.

Le rythme de ce roman est haletant, et je n’ai rien vu passer, du début à la fin. Il faut dire que le premier mort arrive à la troisième page et que les macchabées s’amoncellent jusqu’à la dernière... Et au milieu de ce carnage, Ange et son équipe essaient de faire le ménage...

Bon à savoir tout de même que l’auteur ne prend pas de gants dans les descriptions de certaines scènes, mais cela ajoute du réalisme à l’histoire. Et d’ailleurs, ça commence dès le début, et ce dans les catacombes de Paris. Autant vous dire que ça commence très très bien ! Très bien au point que ce roman est addictif de suite.

« Un corps, du moins, ce qu’il en reste. Il est démembré, la tête arrachée et posée à deux pas, un œil manquant, l’autre encore attaché à son nerf optique et le bas de la mâchoire pendante. Pour couronner le tout, son ventre tout comme son torse sont ouverts en deux pour exposer les organes vitaux de la victime. Des organes qui pour la plupart sont absents. Un tableau digne des pires scènes d’horreur. Même Valentin, un vieux de la veille, ne peut réprimer un haut-le-cœur, surtout avec cet imbécile de bleusaille qui ne cesse de dégobiller à deux pas de lui. »

Ici nous avons un roman qui mêle créatures fantastiques et sanguinaires à une enquête de police dans les sous-sols parisiens. J’adore.

Le seul petit point dommage, c’est le fait que les personnages soient assez manichéens. Enfin surtout celui de Kerael (le « méchant »), car vers la fin, je me suis rendue compte que je m’étais peut-être fourvoyée sur le manichéisme de certains autres protagonistes... et j’ai hâte d’avoir le tome 2 dans les mains pour le savoir..

Cet opus est assez introductif, il permet de planter le décor et d’apprendre à connaître les personnages et la section GIVRE. Maintenant que l’équipe est rodée, j’ai hâte de la voir aller de nouveau se fourrer dans les ennuis jusqu’au cou (surtout que Jean Vigne, de ce que j’en sais, adore mettre ses personnages dans la merde...).

Givre est un roman sombre et mystérieux, que je qualifierais de thriller fantastique, et qui nous emmène avec un dynamisme certain dans un monde de créatures sanguinaires en plein Paris. Très addictif, il se dévore autant que le font les morts dans cette histoire...

 

#PLIB2018

#ISBN : 9782373420395