Holomorphose, tome 1 : Blasphème.

Auteur : Jean Vigne
Editeur : Editions du Chat Noir
Parution : Septembre 2016
Pages : 444


RESUME :

  

  

  

  

  

  

 

"En ce bas monde, nous avons tous un fardeau à porter. Il semblerait que nous ayons trouvé le nôtre. A nous de faire en sorte qu'il ne devienne pas celui de l'humanité tout entière."

Depuis son récent déménagement à Grenoble, Solana est devenue une ado solitaire, sans ami ni attache. Son année de terminale s'avère compliquée, entre un père absent, une mère détachée et une bande de jeunes qui l'a prise pour cible. Difficile de faire pire... et pourtant. La Destruction semble s'installer dans les parages, chez Solana plus exactement, qui bientôt ne peut plus bouger le petit doigt sans déclencher une catastrophe. Les cadavres se multiplient en ville, les portes de l'apocalypse sont sur le point de s'ouvrir et Solan pourrait bien en être la clef.

CHRONIQUE :


(17 Décembre 2018)
 
Autre sortie de Jean Vigne aux éditions du Chat Noir, j’ai laissé traîner ce premier tome de duologie bien trop longtemps. D’autant que je sais qu’en général avec cet auteur, on part dans des directions assez inédites, parfois dans un melting pot de genre fort bien mené.

Eh bien c’est une évidence, Holomorphose ne fait pas exception à la règle. Nous rencontrons ici une ado, Solana, dont la vie semble s’être ternie depuis son emménagement à Grenoble. Entre la bande de lycéens qui la provoquent sans cesse, son père qui joue les abonnés absents et sa mère qui semble se fiche d’elle comme d’une guigne, on ne peut pas dire que Solana respire la joie de vivre. Heureusement pour elle, elle se fera une nouvelle amie, prête à la défendre...

Nathalie. Gothique comme Solana, elle n’a pourtant pas le caractère réservé de sa nouvelle pote. Là où Solana utilise ce look pour se cacher et avoir la paix, Nathalie n’hésite pas à avoir le mordant qui va avec ses fringues. Langue acérée et parfois empoisonnée, elle crée des situations et des dialogues qui sont à mourir de rire ! Attention langage d’ado au rendez-vous !

Alors qu’elle pensait toucher le fond, Solana va voir des macchabées fleurir autour d’elle. Pire encore, il semblerait qu’elle ne soit pas complètement étrangère à cette nouvelle floraison. Irrémédiablement, sa vie va changer et la jeune fille va s’apercevoir que les gens (y compris elle) ne sont pas toujours ce qu’ils paraissent.

Ici, nous alternons le passé et le présent, ainsi qu’un point de vue externe et interne. Cela apporte déjà du dynamisme à l’histoire, mais aussi une bonne part de mystère, puisque le passé de la jeune Solana, est pour le moins mouvementé. Ce passé, Solana n’en a pas de souvenirs, juste ces rêves qui viennent hanter ses nuits, et dont nous avons le récit ici.

Comme à son habitude, Jean Vigne ne nous offre pas des personnages édulcorés et rose bonbon. Solana est loin d’être sans défaut, avec ses forces et ses faiblesses. Il en est de même pour les protagonistes qui gravitent autour d’elle.

Et comme à son habitude toujours, l’auteur a su me bluffer, me menant sur des chemins inattendus, avec des révélations à la hauteur de l’auteur sadique qu’il aime être. D’autant que la fin du tome nous laisse... sur notre faim et nous donne envie de découvrir la suite. Qui est réellement Solana ? J’échafaude des hypothèses, mais quelque chose me dit que je serai loin de la vérité.

Et doit-on parler de la splendide couverture ? Qui résume à elle seule l’ambiance de ce roman. Une ambiance sombre et pleine de tension, où Solana elle-même ne semble pas franchement avoir le profil de la parfaite héroïne, même si elle ignore qui elle est !

Solana, c’est donc un roman fantastique pur et dur, rempli de créatures bizarres, de dons encore plus bizarres, de cadavres qui pavent les rues de Grenoble d’une étrange façon, et au milieu de tout ce bordel, une pauvre adolescente paumée qui n’avait rien demandé à personne. Pour autant, on y aborde aussi, l’air de rien, quelques thèmes assez profonds. Le regard des autres, le harcèlement ou encore la solitude ou la maladie, les thèmes forts ne manquent pas et prennent parfois aux tripes...

Le tome 2 sera, au vu des événements de fin, aussi explosif que ce premier tome, et ce pour mon plus grand bonheur.