Jusqu'à la fin des temps.

Auteur : Céline Guillaume
Editeur : Editions Underground
Parution : Mai 2015
Pages : 216

RESUME :

Au milieu des bois, lors d'une nuit sans lune, elle m'apparut pour la première fois. Mythe ou réalité, annonciatrice d'infortune ou de réussite, je l'ignorais… Seule une antique pièce syrienne abandonnée sur mon siège témoignait de ma rencontre avec la Dame Blanche, messagère de l'au-delà qui allait me guider vers ma destinée tracée depuis la nuit des temps.

Huit siècles après le début de cette histoire dans l'Histoire, je tenais dans mes mains notre devenir.

CHRONIQUE :
(24 Juillet 2015)

"Jusqu'à la fin des temps" est ma première lecture de la très poétique Céline Guillaume. J'avais hâte de découvrir cette plume, et force est de constater que la réputation courant sur sa beauté et sa poésie n'est pas volée.
Comme je le disais, j'avais très envie de découvrir les écrits de Céline, et quoi de plus superbe pour ce faire qu'un magnifique objet livre... Eh oui, mon plaisir de lecture à été augmenté par la qualité de l'objet, en hard back avec une somptueuse couverture, le petit signet doré, et les superbes fioritures illustrant le texte.

Céline nous emmène dans une histoire belle et raffinée mais aussi très mélancolique. De nos jours à la Syrie ancienne, elle prend le temps de nous faire voyager à ses côtés, dans l'espace et le temps, au cours de cette histoire d'amour que rien ne semble pouvoir rompre. Son écriture magnifique nous décrit les lieux et les époques avec précision, on sent une auteur documentée sur le sujet.

"Plus je le regardais et plus j'avais l'impression de le connaître. Tout en lui me parlait : sa bouche, ses lèvres, son sourire, la moindre de ses mimiques... C'était comme si quelque chose d'immeuble nous unissait. Il avait fallut que je fasse tant de kilomètres pour ressentir cela. Était-ce le coup de foudre dont on me parlait tant ? C'était plus fort, plus grand, plus beau. Nous étions liés, avant, maintenant, toujours. Unis grâce aux pouvoirs célestes, pour le meilleur et pour le pire, comme s'il en avait toujours été ainsi."

Cassandra est une jeune femme fragile, un peu triste et déçue de sa vie. Le grand amour lui manque et ce vide emplit son coeur d'une sourde détresse. Jusqu'à ce soir particulier où, au volant de sa voiture, au milieu des bois, elle fera la connaissance de la Vielle-Femme-La-Mort. De cette rencontre irréelle, un seul souvenir tangible : une antique pièce de monnaie Syrienne. Une pièce bien inoffensive en soi, mais qui pourtant va marquer le début du changement dans la vie de Cassandra. Car désormais, la jeune femme est en route vers sa destinée, qui prendra les traits du séduisant Kassem.
Attention pourtant, il s'agit bien ici de l'histoire de deux jeunes gens, d'une histoire d'amour. La Dame Blanche est une messagère et n'apporte aucun côté mystérieux ou angoissant au texte. Ne négligez pas cette phrase de la quatrième : "Huit siècles après le début de cette histoire dans l'Histoire, je tenais dans mes mains notre devenir."

"L'inactivité comme l'oisiveté étaient, pour moi, mères de tous les vices. L'ennui et l'isolement me rongeaient sans que je puisse les affronter.
Se lever, manger, se coucher.
Ceci me paraissait bien vain !"

L'auteur aborde beaucoup de thèmes, outre l'Amour avec un grand A, nous avons aussi les thèmes de l'acceptation, de la réincarnation ou du suicide. Ce thème est d'ailleurs le petit bémol que je trouve à ce livre. Pas pour le thème en lui-même mais pour la façon dont il est abordé. Je ne peux développer, ne voulant pas spoiler, mais je ne cautionne pas vraiment la façon dont le suicide est traité à un moment donné.

Pour le reste, j'ai savouré mot à mot cette très belle histoire, l'histoire d'un amour intemporel, l'histoire de deux jeunes gens que rien ne pourra séparer. Céline Guillaume a une écriture très personnelle, emplie d'émotions et elle donne le sentiment d'énormément s'impliquer dans ses histoires. Comme si elle déposait une toute petite parcelle de son âme, de son coeur, à chaque écrit. Par contre, pour apprécier ce livre, je pense qu'il faut avoir envie de se laisser porter sans attente particulière : il ne s'agit pas d'un livre où l'action prédomine et l'auteur prend le temps des descriptions des lieux et personnages.

Je doit avouer que "Jusqu'à la fin des temps" m'a énormément bouleversée. J'étais chamboulée, notamment sur cette fin inéluctable. Cette histoire est emplie d'émotions, notamment l'espoir mais aussi la mélancolie, en fait, l'émotion m'a paru être l'âme même de ce magnifique récit. Ce sont les sentiments et l'émotion qui font vivre cette histoire, qui nous emprisonnent dans ces pages aux côtés de Cassandra.

Un texte que je recommande à tous ceux qui aiment les belles plumes et les belles histoires, qui veulent lire des textes qui font vibrer le coeur.

NB : A noter qu'une page est rajoutée sous le titre de "fin alternative" et nous permet de nous faire une idée plus précise d'un événement particulier. J'ai apprécié cet ajout, court mais suffisamment évocateur pour faire naître le sourire sur mes lèvres.

Lire un extrait :