Lake Ephemeral.

Auteur : Anya Allyn
Editeur : Editions du Chat Noir
Parution : Février 2017
Pages : 444


RESUME :

Sera, onze ans, a vécu toute son enfance dans un orphelinat. Mais sa vie prend un nouveau tournant lorsqu’elle découvre que sa mère biologique est bel et bien en vie et à sa recherche. Conduite à Lake Ephemeral, un domaine résidentiel isolé, pour l’y rencontrer, la jeune ado découvre une communauté en marge du monde. Là, les enfants sont libres de vivre pleinement jeux et aventures au quotidien dans ce paradis naturel.
Mais bien vite, d’étranges détails troublent Sera : on lui refuse toute entrevue avec sa mère malade, les cinq autres jeunes qui cohabitent avec elle ne connaissent rien du monde ni de leurs premières années. Et si l’imposante clôture électrique qui délimite le domaine est bien installée pour les protéger de l’extérieur, pourquoi le terrain est-il infesté de plantes carnivores mortelles ?
Dans les profondeurs du Lac Éphémère, Sera parviendra-t-elle à percer les secrets des sept manoirs ? Parviendra-t-elle à s’échapper ?
              

CHRONIQUE :

(21 Février 2017)


"Lake Ephemeral" me donnait vraiment envie depuis que Cécile Guillot me l'avait recommandé. Et quand j'ai vu sa couverture, magnifique comme d'habitude dès que l'on a affaire au travail de Miesis, je ne pouvais que vouloir me plonger dans cette lecture Young Adult. Et puis, avouons-le, le nouveau travail de mise en page du Chat Noir est superbe : les intérieurs de pages sont décorés avec goût et c'est le petit plus qui va bien. 

Ce roman est une lecture empreinte de mystère. La quatrième de couverture, nébuleuse, ne dévoile pas vraiment ce qui se passe... Alors pour résumer en un mot ? Je dirais "étrange". Pour le reste, faites appel à votre imagination ! Ah mais soyons d'accord hein : laissez de côté les vieilles sorcières grincheuses au nez pustuleux, au chapeau caricatural et au chaudron bouillonnant d'un mélange de bave de crapaud et de venin d'enfant pas sage... Non, ici tout est bien différent mais je ne peux vous en dire plus puisque le mystère est le maître mot de cette histoire. 

Nous rencontrons donc Sera, onze ans, qui, dès les premières pages, apprend qu'elle va quitter l'orphelinat où elle vit depuis ses 5 ans pour aller dans un lieu nommé Lake Ephemeral, afin d'y retrouver... sa mère. 

La jeune fille, qui se croyait donc orpheline, est prise d'euphorie lorsqu'elle se rend compte que sa vie va changer du tout au tout. Certes, sa mère, très malade, ne peut pas encore recevoir de visite, mais la vie dans cette étrange vallée a des allures de paradis avec ses promesses de liberté. Même si pour cela Sera doit supporter 5 autres camarades aux blagues pas toujours très drôles. 

Mais peu à peu, d'étranges événements vont survenir et la jeune fille, qui n'aura toujours pas le droit de voir sa mère, va voir son bonheur se flétrir comme les magnifiques fleurs qui ornent les jardins du domaine.

Papillons cloués aux murs, statues qui bougent seules... Sera finira par se demander si elle perd la raison. Mais est-ce vraiment l'explication ?

L'auteur nous offre une plume réellement agréable à suivre et particulièrement visuelle et riche en émotions. Elle a en effet un talent tout particulier pour nous faire ressentir les sentiments de Sera, ainsi que l'atmosphère changeante des lieux.

Même si ce livre est un YA, je dois dire que l'ambiance y est particulièrement réussie dans le genre angoissant et insécurisant. L'auteur fait en sorte que nous nous posions beaucoup de questions, autant que Sera, finalement, qui découvre les faits en même temps que nous et se trouve totalement démunie. Cette façon de travailler et exploiter son ambiance est une réelle réussite, car je ressentais un sentiment de malaise prégnant durant ma lecture...

J'ai crains pendant un moment de me retrouver déçue : en effet, Anya Allyn nous emmène dans son univers très particulier, qui mêle l'apparence du paradis (nature luxuriante, fruits foisonnants, papillons multicolores, lac scintillant) à une réalité parfois beaucoup plus angoissante (manoir abandonné et mystérieux, plantes carnivores, lac asséché, marais boueux...). Cet univers que j'aimais tant est empreint d'un immense potentiel et j'avais peur que l'auteur ne l'exploite pas à sa juste valeur. Tout du moins, pas d'une façon qui me parlait. Mais je fus rassurée et surprise à la fois. Qui dit mieux ? 

"Je ne me sentais plus seule, parce que j'étais comme eux. Parce qu'ici, je pourrais être libre.
Mais Lake Ephemeral n'était pas un paradis."


L'auteur a su exploiter la quintessence de son univers : elle nous apporte ici clairement la définition de la beauté cruelle... comme si la beauté n'avait ici pour seul but que de cacher la cruauté et la laideur. D'ailleurs l'on se rend vite compte qu'il en est de même pour les personnages : leur coeur ne cache pas toujours les mêmes facettes que leur apparence. Ce qui nous oblige à faire des paris sur les personnes envers qui accorder notre confiance.

D'autant qu'Anya Allyn enrichit son monde grâce à des personnages totalement atypiques. Difficile de savoir quoi penser de ces drôles d'oiseaux, et Sera en fera malheureusement les frais. Il apparaîtra bien vite que la jeune fille n'est pas aussi bien entourée qu'elle l'aurait aimé, et la voir, elle, si attachante et innocente malgré son caractère bien trempé, cernée de tels dangers sur pieds augmentait le potentiel anxiogène de la lecture. Je n'ai pas peur de l'avouer, l'auteur arrivait à me faire stresser pour ma pauvre petite Sera...

"Tu sais, poursuivit Mrs [XX] sur le ton de la confidence, ce n'est pas ta faute si tu es comme tu es. Il y a des gens qui sont comme dans une bulle dorée, et qui apportent de la joie à tout le monde. Les autres vivent dans l'ombre, et n'ont pas la moindre lumière à offrir à autrui. Vois-tu, Seraphine, ce soir, c'est ta soirée. Tu es de retour parmi nous, et tu es la belle du bal. Mais personne ne s'intéresse à toi tant que ça. C'est terrible."

Sera, dont je devais souvent me rappeler qu'elle n'avait que 11/12 ans, afin de ne pas m'énerver de ses réactions. Honnêtement, à sa place, je me serais rebellée, aurait posé mille questions (notamment lorsque cela fait des semaines que vous êtes arrivée et que l'on ne vous autorise toujours pas à voir votre mère inconnue) puis je me serais barrée sans demander mon reste. Oui mais... Sera reste une enfant qui a tendance à faire confiance aux adultes, à se fier à eux. Quoi de plus normal ? Et se sauver ? Mais pour aller où ? Sans voiture et à son âge... difficile. Du moins pendant quelque temps... car quand le vase débordera, la jeune fille n'hésitera pas à prendre les choses en main. L'auteur n'a donc pas fait de faux pas : elle a réuni tous les éléments pour garder son personnage plus ou moins prisonnier de ses filets, mais éperdue de réponses et de liberté.

"Lake Ephemeral vous faisait croire que vous étiez un papillon.
Vous ne voyiez pas le filet dans lequel vous étiez pris.
Jusqu'à ce que vous essayiez de vous enfuir."


En fait, Anya Allyn a su prendre des risques ici en emmenant son lecteur dans une aventure qu'il ne peut appréhender. Obligé de se laisser embarquer dans les aventures au gré des envies de l'auteur, cette dernière nous fait prendre le risque d'être déçus. Mais en même temps, elle amène une quantité de mystères et de questions qu'elle n'aurait pu avoir sans cela. Personnellement cela a très bien fonctionné avec moi, je fus envoûtée par cette histoire. J'espère qu'il en sera de même pour vous, et que vous serez autant convaincus que moi par le récit et l'écriture d'Anya Allyn. Un OVNI à découvrir.