Les Chroniques Ecarlates : Entre Chien et Loup.

Auteur : Fabrice Pittet
Editeur : Fantasy Editions
Parution : Janvier 2017
Pages : 450


RESUME :

Six mini-romans qui entraînent le lecteur dans un univers de fantasy guerrière où les sentiments héroïques, les trahisons et les vengeances s'entremêlent.                     

CHRONIQUE :

(15 Janvier 2017)


Je connaissais la plume de Fabrice Pittet de par deux de ses nouvelles, que j'avais déjà chroniquées : "La Gloire Écarlate" et "Par-delà les Ondes". Alors quand ce dernier m'a proposé de me pencher sur son recueil de Fantasy, je ne pouvais qu'accepter. Je tiens donc à le remercier, lui ainsi que sa maison d'édition, pour leur confiance.

Comment vous parler de ce livre en lui rendant justice ? Je dois avouer que cela ne va pas être chose facile, mais je ferai de mon mieux. Ce recueil rassemble 6 textes de l'auteur, dont les deux que j'ai cités plus haut. Mais que ceux qui n'accrochent pas les nouvelles n'arrêtent pas leur lecture ici ! J'insiste, continuez, je pense réussir à vous convaincre qu'avec ce livre, vous sortirez de l'ordinaire.

Déjà, ces 6 textes, je ne peux pas réellement les qualifier de nouvelles, mais plutôt de courts romans (ou novellas). Certains textes font une centaine de pages ultra condensées, et sont si développés que vous ne retrouverez pas les défauts inhérents aux nouvelles.

Un point qui contribue à ce côté développé, outre le talent de l'auteur, c'est que les histoires se passent toutes dans le même univers ! Eh oui. Cela n'est certes pas flagrant à la lecture des deux premiers textes (même si vous trouvez déjà un clin d'œil dans le deuxième), mais vous comprendrez par la suite, de par les clins d'œil successifs et les références, que vous vous situez sur le même univers, appelé l'Etoile. Simplement, les récits vous content les aventures et mésaventures de personnages provenant de milieux différents et de pays différents.

Mais arrêtons-nous justement sur les intrigues. Pour commencer, il faut savoir que nous nageons ici dans de la pure Heroïc Fantasy. C'est-à-dire ? Un monde imaginaire, aux consonances médiévales, mettant en scène un ou des héros (parfois anti-héros !) dans des aventures plus ou moins épiques. Ici, vous retrouverez même quelques créatures particulières, ainsi que des sorciers et des mages. Mais le gros des troupes se rassemble autour de véritables machines de guerre.

"Murka se redressa vivement, et son occiput heurta de plein fouet le menton de l'homme, courbé par le coup qui venait de malmener ses intestins. La hache siffla aussitôt. L'une des lames s'enfonça dans la mâchoire de l'individu, au niveau du larynx, et continua sa course vers le haut. Le casque à ailettes fut projeté à plusieurs mètres, et avec lui le visage et la moitié du crâne. Le cadavre atrocement mutilé ressemblait maintenant à une créature de cauchemars où os, sang, cartilage, cervelle et restes de dents formaient un faciès plat dénué de toute logique anatomique. Murka largua une insulte bien sentie en se détournant de la dépouille qui s'étalait dans la clairière."

Alors peut-être me trouverez-vous culottée de la comparaison, mais je n'ai pas peur de vous dire que j'avais le sentiment de me retrouver dans un univers à la David Gemmel. Eh oui, quand même.
Mais il faut avouer que je trouve la comparaison méritée, et ce pour plusieurs raisons.

Déjà la plume. Elle est magnifique et se prête à merveilles à l'exercice de l'Heroïc Fantasy. Tout y est. Le sens du rythme, les descriptions de l'univers et des personnages, précises mais sans lourdeur, le vocabulaire spécifique des guerriers médiévaux, le rendu visuel des combats... tout je vous dis. Elle est particulièrement fluide et addictive, et commencer un texte de Fabrice Pittet, c'est le lire sans s'arrêter. Et à la rigueur, je dirais qu'ici le format roman court empêche la moindre petite parcelle de longueur.

"Ses deux ennemis se levèrent de leur cachette, les yeux emplis de terreur. Ils tirèrent une ultime fois. Un geste pourtant délié, acquis au court de leur longue et juteuse carrière de canailles, mais sans attendre, le guerrier avait bondi et avait roulé au sol, se faufilant sous la trajectoire mortelle. Lorsqu'il se releva, ses mains exécutèrent un mouvement flou et parfaitement synchrone. Deux poignards tournoyèrent en direction de leurs cibles. Les bandits s'effondrèrent sur les genoux et lâchèrent leurs arcs. Le premier palpait bêtement le manche du couteau saillant de son orbite. Le second vomissait des salves noires, une lame fichée dans la gorge."

Parfois, cette plume sera incisive et violente, parfois elle se fera plus douce et pleine d'enseignement. Car au final, derrière ces héros divers et variés se cachent de beaux messages qui prêtent à réfléchir.

Oh croyez-moi, vous passerez quasiment 450 pages à vous battre, vous défendre, vous entraîner, vous entraider, saigner, mourir aussi parfois... Oui car admettons-le, l'auteur n'est pas tendre avec ses personnages ! Ils morflent sans relâche et leurs fins ne sont pas toujours rose bonbon. Elles sont plutôt du genre inéluctables. Mais l'auteur vous amène si bien les choses que vous comprenez chacune de ses décisions, et que, quoiqu'il arrive, vous finissez avec le sourire. Un tour de force.

Autre point qui fait pour moi la réussite de l'univers de Fabrice Pittet, et donc ma comparaison avec le titan Gemmel, ce sont ses personnages. Nous avons ici un panel de héros et anti-héros forts, charismatiques surtout, des guerriers qui se battront pour une raison ou une autre (gloire, amour, patrie, argent...). Certains d'entre eux n'étaient pas sans me faire penser au fameux Druss de Gemmel, ainsi qu'à Waylander ou même à mon anti-héros préféré : Rek (Regnak). Vous remarquerez que la saga Drenaï m'a beaucoup marquée ! Eh bien les héros de Fabrice Pittet sont de la trempe de ceux de David Gemmel. La même trempe et la même originalité pour des héros parfois cassés, peu communs (comme Tul'Bor du Dernier Bastion. Muet, manchot, peu avenant, et véritable machine de guerre, mais au final sacrément attachant...).

"Murka contempla avec un certain orgueil le résultat de son attaque. Quatorze mercenaires au tapis. De leur côté, Les pillards ne déploraient qu'une seule victime, à savoir Fik Le Blanc. Une perte minime, compte tenu de la qualité médiocre de ses services. Dans une semaine ou deux, Murka aurait même oublié son visage.
Le chef des bandits essuya le fil de sa hache avec un chiffon."

Je ne serai pas sans noter le petit clin d'œil (enfin je crois) avec le titre du sixième texte : Le Dernier Bastion, qui me rappele tout de même le surnom de Dros Delnoch. Bref je pense que Fabrice Pittet assume totalement son inspiration.

Mais rassurez-vous : quand je dis inspiration, je ne dis pas que vous trouverez de vulgaires copier-coller des textes de Gemmel. Loin s'en faut. L'auteur a toute l'imagination nécessaire pour vous emmener au triple galop dans son propre univers, riche, foisonnant, vivant, beau, terrible et cruel.

Alors concernant les histoires, je vous laisse les découvrir. Vous irez à la rencontre de six textes bien différents, mettant en scène divers personnages aux personnalités et aux motivations bien distinctes. Le point commun de ces textes ? Des batailles épiques et une sacré fureur. Le tout conté avec un talent digne des plus grands, et saupoudré de beauté (respect de la nature, entraide, amour fraternel, tolérance...).

Alors qu'on se le dise, ce livre est à lire, cet auteur est à suivre. Mon seul souhait ? Qu'il nous sorte (enfin!) un roman complet (que dis-je, une saga épique !) dans son univers magnifique, déjà merveilleux et foisonnant. Il ne manque rien à cet auteur, ni la plume, ni la fougue, ni l'univers, ni l'imagination. Alors, n'étant pas aussi guerrière que ses personnages, à défaut de croiser le fer, je croiserai les doigts pour que cela devienne réalité.



PS : pour les plus curieux, petit tour d'horizon des 6 histoires :

1/ La Gloire Écarlate : 44 pages (condensées !). Où l'on rencontre Bastan, un jeune chasseur qui, après le massacre de son village, ira rejoindre la Cité Écarlate afin de devenir un Radashien. Un mercenaire. De La Garde Écarlate. Les meilleurs. Mais sans pitié.

2/ Par-delà les Ondes : 55 pages. Le texte qui m'a fait découvrir Fabrice Pittet. Les bélenides sont un peuple amphibie. Sauf pour certains d'entre eux, incapables de respirer hors de l'eau. Ces derniers, appelés déficients, sont souvent rejetés par les autres. Elpheen est l'un d'eux, un déficient. Mais il a décidé de contrer le destin.

3/ Dans son Ombre : 93 pages. L'histoire d'Ergan, guerrier de talent, renommé d'abord puis en fuite suite à l'assassinat d'un prince. Un homme qui réapprend la vie, l'amour, mais qui sera traqué. Toujours. Mais qui sera fidèle aussi. Toujours.

4/ Les Corbeaux de Mereng : 67 pages. Où vous suivez la vie de Murka, chef d'une bande de brigands redoutables et redoutés, au code d'honneur certes particulier, mais existant. Un brigand impitoyable mais peut-être, après tout, pas tant que ça... qui sait ?

5/ Vous mourrez tous ! : 40 pages. Notre héros se trouve être un ivrogne, qui accomplira son premier et seul acte héroïque à l'âge de 62 ans. Quand l'heure de la vengeance a sonné, un héros peut sommeiller en chacun de nous...

6/ Le Dernier Bastion : 101 pages. 101 pages de combats et de fureur dans cette histoire sanglante ou un groupe d'adaraxiens ainsi qu'un archer Radashien se défendront contre Les Zeynukks du haut d'un bastion. Épique, addictif et bourré d'hémoglobine.