L'étrange vie de Nobody Owens.

Auteur : Neil Gaiman
Editeur : J'ai Lu
Parution : Mai 2012
Pages : 256

RESUME :

Nobody Owens était presque encore un bébé quand sa famille a péri sous la lame du plus célèbre des tueurs de Londres, le Jack. La nuit du drame, il est cependant parvenu à se réfugier dans un cimetière, où un couple de fantômes l'a recueilli et l'a élevé comme l'un des leurs, sous l'oeil bienveillant de Silas, son ami ni vivant ni mort. Mais cette période heureuse est aujourd'hui révolue, car le Jack rôde toujours, et l'heure est venue d'aller l'affronter une bonne fois pour toutes. A l'extérieur.

CHRONIQUE :
(24 Novembre 2015)

"L'étrange vie de Nobody Owens" est ma première rencontre avec la plume de Neil Gaiman. Et bien quelle rencontre ! Cette belle histoire aux accents gothiques a su me charmer dès les premières lignes. Neil Gaiman a le talent qu'il faut pour vous faire vous sentir chez vous dans un cimetière, et rendre des spectres totalement irrésistibles et attachants...

Cette histoire est extrêmement originale et passionnante. Elle vous conte une vie, tout simplement. Mais pas n'importe quelle vie ! La vie de Bod.

Bod avait à peine deux ans lorsque ses parents furent sauvagement assassinés. Par un heureux hasard ou un coup étrange du destin, le jeune enfant avait une tendance certaine à bouger facilement, et il profita de la porte de la maison restée ouverte pendant le drame pour prendre la poudre d'escampette et échapper ainsi au psychopathe introduit chez lui.

"Il y avait une main dans les ténèbres, et cette main tenait un couteau.
Le manche du couteau était en os noir et lustré, et sa lame plus mince et effilée qu'un rasoir. Eût-elle tranché en vous, peut-être n'auriez-vous pas même perçu sa morsure, pas sur le moment.
Le couteau s'était acquitté de presque tout ce qui l'amenait là, et sa lame et son manche étaient humides."

Mais livré à lui-même, l'enfant ne dû sa survie qu'à la bonté d'âme des fantômes du cimetière voisin qui décidèrent de l'adopter. Et c'est ainsi que ce dernier fut rebaptisé Nobody, car il ne ressemblait à personne. Devenu "citoyen du cimetière", Bod acquit avec le temps certaines capacités réservées d'habitude aux fantômes, mais certainement pas aux humains. L'histoire est pleine de surprises et d'aventures auxquelles je ne m'attendais pas.

Et nous voilà à suivre la vie peu ordinaire de cet enfant du cimetière, de ses deux ans jusqu'à ses dix-huit. Adopté par le couple Owens, mariés depuis plus de 250 ans, ayant pour tuteur Silas, étrange personnage à la fâcheuse tendance à dormir le jour et vivre la nuit, il est sûr que le jeune garçon aura une jeunesse trépidante et peu ordinaire, parfois dangereuse même, comme ce jour où il suivit par mégarde des goules dans leur royaume.
Mais un jour, Nobody se retrouvera forcé de passer les grilles grinçantes de son chez-lui, car l'assassin de ses parents court toujours, et n'a pas abandonné l'idée de tuer le dernier membre de la famille...

" _ As-tu déjà été hantée, [MQ] ? Tu t'es déjà regardée dans la glace en te demandant si les yeux qui te regardaient étaient les tiens ? Tu t'es déjà trouvée dans une pièce vide en comprenant soudain que tu n'étais pas seule ?"

Un conte complètement décalé aux forts accents burtoniens, que je verrais d'ailleurs bien adapté en animé par le réalisateur... Nobody Owens est un livre totalement envoûtant, original et positif. Comme je vous le disais, Neil Gaiman fait du cimetière et de ses cryptes un endroit où il fait bon vivre. Un endroit où le jeune Nobody se sent en sécurité. Ayant vécu au sein du cimetière aussi loin qu'il s'en souvienne, il ne se sent nullement oppressé par les lieux. Les vivants l'attirent, certes, mais la mort ne lui fait pas peur. Après tout, tous ses amis le sont !

Le personnage de Nobody, totalement décalé évidemment (ce sont les fantômes, parfois vieux de plusieurs centaines d'années, qui lui font classe) est réellement attachant. Naïf et profondément bon, le jeune garçon a une candeur charmante. Il est très attaché aux fantômes de son cimetière et nous les présente comme des personnes bonnes, des amis. D'ailleurs les personnages des fantômes sont eux aussi très travaillés, tout comme Silas, dont la nature ne nous est pas explicitement dévoilée, mais les indices assez nombreux pour nous faire notre propre avis.

La plume de l'auteur est extrêmement poétique, presque d'un autre temps, comme si Neil Gaiman avait rencontré Edgar A. Poe. Une plume qui contribue fortement à l'ambiance magique et peu ordinaire de ce livre.

Je dois l'avouer, j'ai adoré me promener entre les tombes de ce cimetière abandonné aux côtés de Nobody Owens, j'étais captivée par ma rencontre avec ces fantômes hauts en couleur, et j'étais impatiente de découvrir comment Bod allait se sortir des griffes du tueur... De plus, j'ai beaucoup apprécié les illustrations présentes dans ce livre. Vous en retrouverez une partie dans le trailer ci-dessous.

Un conte macabre certes, mais tellement drôle et poétique, une histoire magique qui vous fera changer d'avis sur les fantômes. Vous ne verrez plus jamais les cimetières de la même façon !

"Regardez.
Vous auriez vu la chapelle mortuaire abandonnée, ses portes en fer cadenassées, du lierre au long de la flèche, un arbrisseau poussant dans la gouttière à la hauteur du toit.
Vous auriez vu des pierres, des tombes, des caveaux et des stèles. Vous auriez vu ici et là, dans l'allée, l'éclair fugace ou la fuite empressée d'un lapin, d'un campagnol, d'une belette surgis des fourrés.
Vous auriez vu tout cela dans le clair de lune, eussiez-vous été présents cette nuit-là.
Peut-être n'auriez-vous pas vu une femme pâle et potelée qui remontait l'allée près des grilles de l'entrée ; et quand bien même vous l'auriez vu, à mieux y regarder vous auriez su qu'elle n'était que clair de lune, brume et ombre. La femme pâle et potelée était bien là, pourtant. Elle marchait sur l'allée qui menait au portail entre les stèles à demi effondrées."

Trailer :