Meg Corbyn, tome 3 : Gris Présages.

Auteur : Anne Bishop
Editeur : Milady Editions
Parution : Septembre 2016
Pages : 572


RESUME :

  

  

  

  

  

  

 

Les Autres ont libéré la Cassandra Sangue pour protéger les prophètes du sang avant de réaliser que cela aurait des conséquences irréversibles... Les voyants se retrouvent encore plus menacés qu'ils ne l'étaient et Simon Wolfgard, change-forme et chef des Autres n'a plus d'autre choix que d'en appeler une fois encore à l'aide de Meg Corbyn malgré le danger qu'elle va encourir. Les ombres s'accumulent et les folies d'une faction de fanatique risquent d'apporter la guerre jusqu'aux portes de Simon et Meg !

CHRONIQUE :

(27 Juillet 2018)

 

C’est toujours avec le même plaisir que je retrouve Meg dans ses aventures. Cet univers est décidément bien ficelé, et l’auteur s’attache à le garder dans toute sa splendeur. Toujours pas de scènes romantiques niaises ou de scènes sexe destinées de combler les vides (ce que l’on voit trop souvent en urban fantasy). Et toujours ces personnages ô combien attachants, qui savent nous rappeler régulièrement que les créatures les plus monstrueuses ne portent pas forcément de crocs...

Ce troisième tome de Meg Corbyn continue la lignée et comme d’habitude j’ai apprécié ma lecture, même si je dois avouer que pour moi, il est le moins bon des trois. Déjà, il y a ici un événement qui ne me parait pas très crédible. Pour des raisons que je vous laisse découvrir, Meg va se mettre à angoisser de la nouveauté. Pourtant, la nouveauté elle ne découvre que ça dans les deux premiers tomes et cela ne la gênait pas. J’ai trouvé que l’auteur amenait ce fait un peu comme un cheveu sur la soupe parce que cela arrangeait son intrigue. Mais bon, qu’à cela ne tienne, cela n’enlève rien à l’atmosphère habituelle du roman et cette façon qu’a Anne Bishop de vous plonger avec elle dans son univers.

L’auteur écrit de telle façon et avec tellement de détails aussi bien dans les lieux que dans les personnages que son univers en devient tangible et qu’il faut parfois quelques secondes au sortir de sa lecture pour se rendre compte que non, nous ne vivons pas sur Namid et ne risquons pas de tomber sur les Autres en allant faire nos courses.

« Il s’empara d’un stylo et remua quelques papiers. Il avait vu un humain faire ça dans un film pour signifier la fin d’une réunion. Apparemment, les femelles ne connaissaient pas ce film.
- Vous n’avez pas de travail à faire ? »
 

Dernier point que je noterai sur ce troisième opus, c’est qu’il est aussi un peu long à certains moments. Alors certes Meg Corbyn n’a jamais été un concentré d’action brute, et comme je le mentionne lors de mes précédentes chroniques, il ne faut pas s’attendre à ce que ça explose dans tous les sens en ouvrant ce livre. Mais malgré tout, l’auteur nous offre en général quelques scènes d’action et même les moments de calme sont passionnants et font avancer le récit. Ici je trouve que parfois nous sommes un peu trop dans les tergiversations mentales de Meg, et cela amène de la longueur car au final, rien n’avance dans ce tome.

Alors soyons d’accord, j’ai tout de même adoré ce troisième bébé, c’est juste que pour moi, il est un cran en dessous des deux autres. J’attends tout de même la suite avec impatience, suite que je devrais me procurer sans trop tarder.