Red Queen.

Auteur : Victoria Aveyard
Editeur : Editions MSK
Parution : Mars 2015
Pages : 432

RESUME :

Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l'égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d'esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d'Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l'indépendance de son peuple.

CHRONIQUE :
(15 Avril 2015)

"N'importe qui peut trahir n'importe qui."

J'avais entendu parler de Red Queen pour la première fois sur le stand MSK lors du salon de Montreuil. Il me tentait énormément même si la quatrième fait en sorte que l'on ne sache pas trop dans quoi on s'embarque.
Ensuite, les avis dithyrambiques n'ont fait que renforcer mon envie de le lire. Et je ne le regrette absolument pas : ce livre est une perle !

Mare Barrow est une Rouge. Dans ce monde où la race humaine est séparée en deux, il ne fait pas bon de naître dans le clan des Rouges, le clan des faibles, des esclaves. Les tout-puissants Argents contrôlent tout grâce à leurs pouvoirs. Ils inspirent crainte et peur et aucun Rouge n'ose se dresser en travers de leur chemin. Pourtant, le jour où Mare va découvrir que malgré sa naissance Rouge, elle possède elle-aussi des dons, pourrait bien être le jour débutant de profonds changements...
Mais essayer de modifier le destin est un jeu dangereux dont on ne contrôle pas forcément les conséquences...

Je pourrais vous parler des heures durant de cette histoire tant il y a dire dessus. Riche, originale et passionnante, elle continue de hanter les pensées en dehors des moments de lecture. Mais la surprise de la découverte cet univers était trop superbe pour que je vous en prive en vous dévoilant trop d'éléments.

L'univers en question est une réussite en lui-même, mêlant du contemporain (il y a des cartes d'identité, des motos, des sacs à dos etc) avec des éléments plus fantasy (des palais de marbre et de diamants, des pouvoirs magiques). Cela peut paraître déroutant au début, comme si les Rouges venaient du Comtemporain et les Argents de la Fantasy, mais l'on s'y habitue très vite, tellement tout est cohérent. L'écriture est très visuelle et contribue à l'excellent rendu du monde créé dans notre tête. En plus d'être visuelle, elle est agréable, fluide et élégante.

Avec Red Queen, pas le temps de s'ennuyer, les événements se succèdent et ne se ressemblent pas et l'on se rend compte à la fin du livre qu'on a parcouru un sacré bout de chemin aux côtés de notre héroïne.
Action, trahison, complot... Beaucoup d' éléments sont réunis pour contribuer au succès de Red Queen. Je me suis fait magistralement menée en bateau, ne sachant pas où j'allais et me faisant surprendre par une fin explosive et surprenante. Comme Mare, je me suis fait bernée. Et la fin du tome 1 donne juste envie de se jeter sur la suite, qui n'est malheureusement pas encore parue... Patience patience...

"La vérité n'a aucune importance. Seul compte ce que croient les gens."

L'imagination de l'auteure n'a pas de limites, et Red Queen est riche, surprenant et addictif. Un peu inclassable, mélangeant plusieurs genres, le ranger dans une catégorie particulière n'est tout simplement pas possible...

Et puis il y a les personnages, pour qui je me suis surprise à éprouver des sentiments divers, certes, mais toujours avec une force incroyable, comme si tous ces gens existaient réellement...
Tout d'abord il y a Mare et sa famille. Mare est une jeune femme courageuse mais impulsive, une petite voleuse aux mains agiles, au tempérament déterminé mais au coeur en or. Elle n'hésite pas à se sacrifier pour la sécurité de ses amis, mais malheureusement pour elle, son pouvoir la fera évoluer dans des sphères élevées, remplies de cruauté, de mensonges et de trahisons. Et Mare, perdue au milieu de ce nid de vipères, ne prendra pas toujours assez de recul, et, du coup, ne fera pas toujours les bons choix... Bien que ses intentions soient honorables, ses actes auront parfois des conséquences malheureuses et gravissimes... Son coeur aura du mal à sortir indemne des manipulations exercées par les Argents.

"Je suis différente. Je ne ressemble à personne."

Puis il y Cal et Maven, les deux frères, le jour et la nuit, l'ombre et la lumière. Entre les deux, le coeur de Mare balance et le mien aussi car leurs deux caractères, différents au possible, possèdent chacun un charme indéniable. Et peu à peu, l'on apprend à connaître ce qu'il y a derrière le masque, à les aimer et les détester tour à tour...

Les autres personnages sont aussi tous très intéressants et avec des personnalités fouillées. Les Argents sont en majorité imbuvables, imbus d'eux-mêmes et de leur pouvoir. L'auteure sait très bien retranscrire le mépris de cette catégorie envers leurs frères Rouges, domestiques et moins que rien. Les pouvoirs des Argents sont de nature différente et permettent de superbes scènes d'action dans des décors tous différents mais toujours splendides.
La Reine Elara est la parfaire représentation de son peuple, incarnant à elle-seule tout le mépris, la cruauté et l'implacabilité des siens. Clairement, on souhaite juste la voir mourir, dans d'atroces souffrances, bien entendu.
Heureusement, les généralités ne sont pas de mises et de rares Argents savent être bons et respectueux tel le très attachant Julian ou le loyal Lucas.

"Cette cour, ce défilé infini de paons qui pavanent, tous plus vaniteux et ridicules les uns que les autres. Tous des Argents. Tous des idiots obsédés par le statut que leur confère leur naissance."

Du côté des Rouges, la plupart se soumettent à leur Roi et triment toute leur vie, quand il ne sont pas envoyés au front, pour combattre lors d'une guerre ancestrale et sans issue avec les pays voisins. Mais certains se rebellent contre l'autorité en place et forment la Garde écarlate, bien décidée à changer le cours des choses. Visée utopique s'il en est, mais cette poignée d'hommes déterminés pourraient bien bouleverser le petit équilibre tranquille des seigneurs et maîtres...

Les relations entre les personnages créent une tension continue, ambiance prenante qui nous pousse à lire encore et encore... Ce monde oppose les Argents aux Rouges, les forts aux faibles et donc, forcément, les riches aux pauvres... Mais même au sein d'une même famille, les dissensions existent... Et plongés dans ce maelström d'alliances, de trahisons et de haine, nous sommes toujours au coeur d'une atmosphère particulière et sombre.

Et puis, qu'on se le dise, Victoria Aveyard n'est pas tendre avec ses personnages... Ici nous sommes loin du conte de fées où les bons triomphent toujours. Ici les bons peuvent mourir dans d'horribles souffrances juste pour avoir été au mauvais endroit au mauvais moment...

En résumé, il m'est très difficile de parler avec justesse de ce livre tant sa richesse est grande et nécessiterait de nombreux spoils que je ne veux pas faire... Sachez seulement que Red Queen est ce genre de livres qui vous emmène tard dans la nuit, avec des rêves plein la tête. Il mêle un univers magique aux décors majestueux avec beaucoup d'action, de complots et autres coups montés. Des personnages humains, avec leurs qualités et leurs défauts, leurs faiblesses et leurs forces, leurs erreurs. Car il n'y a pas de héros dans Red Queen, mais juste des gens victimes de leur destin, et d'autres qui en tirent les ficelles. Et, évidemment, il y a une énorme dose de magie, développée avec brio, que je vous laisse découvrir.

Red Queen, c'est un chef d'œuvre couché sur le papier, un coup de coeur.

"Vous vous croyez les maîtres du monde, mais votre règne touche à sa fin. Tant que vous continuerez à vous prendre pour des dieux, tant que vous ne nous reconnaîtrez pas le statut d'humains, que vous ne ferez pas de nous vos égaux, le danger frappera à votre porte. Pas sur les champs de bataille, non. Dans vos villes. Dans vos rues. Dans vos maisons. Vous ne nous voyez pas. Nous sommes partout.
[...]
Et notre armée se lèvera, aussi rouge que l'aube.
Aussi rouge que l'aube..."

Trailer :

Trailer VO :