Sur l'écorchure de tes mots.

Auteur : Pascaline Nolot
Editeur : Editioons du chat noir.
Parution : Février 2019
Pages : 284


RESUME :

  

  

  

  

  

  

 

Emma, 18 ans, est une fille d'encre et de lettres. Barricadée chez elle, elle partage la totalité de son temps entre ses romans et son blog, Mots écorchés, sur lequel elle exprime son mal-être à travers citations et poèmes. Sid, 17 ans, est son exact opposé. Les mots, les livres, il n'aime pas. Être enfermé dans un quelconque foyer ou rangé dans une case bien déterminée, il déteste. Lui, préfère l'action à la contemplation, la débrouille à la dépression. Les deux adolescents n'ont rien en commun, si ce n'est le lien du sang et l'accident qui a changé à jamais leur double destinée. Car Emma et Sid sont frère et soeur et ne se sont pas revus depuis plusieurs années. Un jour, l'existence croise à nouveau leurs chemins pour leur offrir une seconde chance.   

CHRONIQUE :


(12 Avril 2019)
 

Nouvelle sortie dans la collection blanche des Editions du Chat Noir ! Et encore une fois, j’ai vraiment beaucoup aimé : avec ce livre, nous partons dans une histoire touchante et prenante, d’autant que l’autrice nous offre des personnages vraiment... humains, tout simplement. 

Ce que je tiens en premier lieu à noter, c’est qu’il ne s’agit pas d’une énième romance mettant en scène deux personnages qui se retrouvent. Non, ici, l’auteur nous offre en effet l’histoire de jeunes gens qui se retrouvent... à ceci près que ces derniers sont frère et sœur ! Et notons-le, j’ai adoré cette petite touche d’originalité, qui nous évite dès le départ une hypothétique romance niaise. Après, j’avouerais qu’avec les Editions du Chat Noir, je serais fort étonnée de tomber dans ce travers, même avec les romances.

Ici, nous rencontrons une famille éclatée par la vie, plus exactement par un accident qui a laissé la fille de la famille, Emma, défigurée. Les circonstances et réactions de chacun face à ce drame, feront que le frère et la sœur ne se parleront plus. Depuis le 12 février de cette funeste année et pendant près de 6 ans, les deux jeunes gens, si liés auparavant, n’auront plus aucun contact.

Mais la vie étant ce qu’elle est, elle se chargera de les réunir de nouveau. Un instant fugace, juste le temps pour le frère de bredouiller « Grenouille », le surnom qu’il donnait affectueusement à sa grande sœur. Un instant vite envolé, presque un rêve, mais qui changera à jamais leur destin. Car peu à peu, Grenouille et Crapaud, les deux batraciens de la famille, vont apprendre à se retrouver, et peut-être, si la vie est clémente, à recoller les morceaux.

"- Tu sais que vous êtes épuisants, tous les deux ? Sérieusement, vous allez m'achever ! Suis-moi, je te fuis ; fuis-moi, je te suis ! Vous êtes pire qu'un couple d'amoureux névrotiques ! Le pire, c'est que vous vous croyez des opposés alors qu'en fin de compte, vous êtes le reflet l'un de l'autre. Vous vous complétez sans vous en rendre compte... Comme deux pièces de puzzle aux contours contraires, mais qui s'emboîtent parfaitement quand on les dispose côte à côte.
Jolie image, à laquelle je n'adhère pas."

C’est d’une jolie plume empreinte de beaucoup de sincérité que l’autrice nous entraine dans cette histoire young adult fort bien travaillée et réellement profonde. Nous suivons en alternance Emma et Sid, ce qui nous permet de connaître les deux histoires, les deux esprits, les deux rancunes, les deux culpabilités, et tous ces sentiments qui les traverseront au fil du temps. Avec, pour chacun d’eux, une plume qui s’adapte. Là où est Emma est tout en poésie et finesse, vocabulaire et belles tournures, Sid est en phrases directes et franches, vocabulaire quotidien et familier. Là où Emma a recours à de belles citations empreintes de mélancolie, Sid y va d’expressions de la vie courante, empreintes de cynisme. Là où Emma est désabusée par la vie, Sid la croque à pleines dents, pour cacher sa propre détresse.

Il faut le noter, il n’y a pas de temps mort ici. Certes, nous passons du temps avec les questionnements des personnages, mais n’est-ce pas le but ? Et comme cela est très bien écrit et que l’autrice ne tourne pas en rond mais fait évoluer les choses, nous n’avons aucune impression de lenteur.

A noter aussi, la profondeur des personnages. D’un côté Emma, très littéraire, passionnée de poésie, qui jette quelques mots, dont elle est l’auteur ou pas, sur son blog : Mots Écorchés. Les livres SONT sa vie. Une vie par procuration au travers de tous ces héros de roman. Des héros qui peuvent vivre mille et une aventures qui lui sont refusées, à elle, le « monstre ».

Sid, c’est tout l’inverse de sa sœur. Pour lui, les livres ne sont rien que des objets barbants. Il ne prend pas le temps de penser mais vit sa vie à fond. À fond et pas toujours très sainement : fête, alcool, filles, on ne peut pas dire qu’il se sente concerné par les études. Sa façon à lui de ne pas perdre pied à cause de la réalité.

Mais au final, chacun à leur manière, les deux jeunes gens fuient les problèmes, la vie, et tous ses tourments.

A noter que de par Emma, l’autrice nous fait découvrir beaucoup de citations, d’extraits de livres ou encore de poésie. J’ai aimé le fait qu’elle touche à tous les genres, de Baudelaire à Victor Dixen en passant par Edmond Rostand. C’est magnifique, toujours bien placé, empreint de poésie... Avouons-le, j’ai sincèrement été transportée par l’univers et la plume de Pascaline Nolot.

Outre le duo principal, nous avons aussi le personnage de Maïssane, qui est très intéressant et bien trouvé. La jeune femme est très solaire et apporte beaucoup de positivisme dans une histoire pas toujours facile. Encore un point positif !

Quant à la fin ? Elle est à la hauteur de mes attentes : belle et vraie. Je veux dire, on s’attend à cette conclusion dans les grandes lignes et c’est tant mieux, car une autre aurait été, à mon sens, décevante. Mais l’autrice ne nous promet pas des licornes et des bisounours en nous propulsant dans une fin irréaliste. Non Emma ne passera pas de défigurée à bombasse en l’espace d’un clignement d’œil ou d’un coup de baguette magique. Mais Pascaline Nolot nous fait comprendre que malgré tout, notre jeune adulte mal dans sa peau peut trouver le bonheur. Car ce qui compte pour obtenir ce dernier, c’est avant tout de trouver les bonnes personnes...