The Mortal Instruments, Tome 6 : La Cité du Feu Sacré.

Auteur : Cassandra Clare
Editeur : Editions Pocket Jeunesse
Parution : Juin 2015
Pages : 800


RESUME :

Les ténèbres s’abattent sur le Monde Obscur. Le chaos et la destruction se propagent à une vitesse terrifiante. Clary, Jace, Simon et leurs compagnons rassemblent leurs forces pour faire face au démon le plus puissant qu’ils aient jamais affronté : Sébastien, le frère de Clary. Rien ne semble pouvoir l’arrêter. L’unique espoir de l’anéantir se trouve au coeur du Royaume des Démons. Mais, pour les Chasseurs d’Ombres, ce voyage exige de lourds sacrifices. La quête s’annonce plus difficile que jamais…
         


CHRONIQUE :

(19 Septembre 2017)

Bon, il m’a fallu un moment pour sortir le tome 6 de TMI, car le bébé pèse pas moins de 800 pages… Et bêtement, je retarde les pavés… Résultat, heureusement que je m’étais fait des résumés des tomes précédents ! Les écouter m’a permis de me remettre en tête les événements des tomes 4 et 5, et c’est donc les idées bien claires que j’ai commencé cette conclusion de saga.
 
« Clary est unique depuis sa naissance. Mais Simon, lui, à dû s’adapter à sa différence soudaine. Le monde n’est pas divisé en deux catégories. Il n’y a pas d’un côté les gens uniques et de l’autre les gens ordinaires. Tout le monde est capable de devenir extraordinaire. Du moment qu’on a une âme et un libre arbitre, on peut tout faire, tout choisir. »
 
Alors que dire… mis à part qu’ici on renoue vraiment avec le magistral des trois premiers tomes ! Quel tome mais quel tome ! Malgré ses 800 pages, on ne voit pas le temps passer car il se passe foule d’événements ! Je ne peux le résumer, évidemment, mais quel bonheur et quelle richesse ! L’imagination de Cassandra Clare est vraiment impressionnante. Sans compter qu’en plus d’être plein d’action, de rebondissements et autres, ce livre est aussi empli d’humour !
 
Et pour mon plus grand bonheur, nous retrouvons une Clary combattive et mature, qui ne se pose plus 300 000 questions à propos de Jace. Quant à Jace, Alec, Isabelle, Magnus et Simon, c’est toujours un réel bonheur de les suivre ! Cassandra Clare a vraiment créé une galerie de personnages magiques et je les aime tous ! Ils sont différents mais complémentaires, et chaque lecteur pourra trouver une ou plusieurs personnes à qui s’identifier.  La seule qui pouvait m’agacer était Clary, et elle a été parfaite ici. Quant à Jace, je l’aurai adulé tout au long des 6 tomes.
 
« - Non, pas de tuerie, poursuivit-il. On essaie de se détendre, là. Le sang, le meurtre, la guerre, ce ne sont pas des choses apaisantes. Qu’est-ce qui t’intéresse à part ça ?
- Les armes, répondit Jace. J’aime bien les armes.
- Je commence à penser que là, on est face à un problème de philosophie personnelle. »

 
Ce que j’ai adoré, c’est que l’auteur donne de l’importance à chacun des membres du groupe et ils seront tous très présents dans cette dernière aventure, ce qui explique d’ailleurs en partie la taille du pavé.
 
Pour cette conclusion, Cassandra Clare nous emmène dans de nouveaux lieux, notamment un royaume démoniaque, sur les traces de Sébastien. Et ce tome fut parfait, tout simplement.
 
La conclusion est travaillée, nous n’avons pas une fin bâclée, au contraire, l’auteur prend vraiment le temps de nous évoquer l’après-guerre, le devenir des différents protagonistes, etc. Elle met aussi en place une envie irrépressible de lire la suite… moi qui pensais arrêter The Mortal Instruments avec cette saga, je veux absolument découvrir l’après. Pour cela, il me faudra donc découvrir l’avant, avec la saga « Les origines », puis j’irai sur « Renaissance ». Je ne voulais pas me relancer dans les nouvelles trilogies à cause des formats pavés, mais au vu de ma mélancolie à quitter cet univers, je me rends compte que je souhaite sincèrement continuer.
 
Déjà pour patienter, j’ai commencé la série TV Shadowhunters. Quand je vous dis que je n’arrive pas à quitter ce monde !
 
En résumé, ce dernier tome fut un véritable coup de coeur, un tome parfait pour un univers hors du commun. C’est dur d’abandonner Jace et les autres mais quand il le faut…
 
« Avant elle croyait que le monde se divisait entre les bons et les mauvais, entre l’ombre et la lumière, mais elle avait changé d’avis. Elle avait vu le mal en face, incarné par son frère et son père, le mal causé par de bonnes intentions et par la soif de pouvoir. Mais dans le bien, il n’y avait pas non plus de garantie la vertu pouvait s’avérer à double tranchant, et le feu du Ciel était aveuglant. »